Accueil À table

L’origine des arancini

L’histoire à table de la semaine.

Article réservé aux abonnés
Journaliste Temps de lecture: 2 min

Elles figurent aujourd’hui à la carte de tous les restos italiens qui se respectent. Originaires de Sicile, les arancini (du mot « arancia », l’orange, dont elles ont la forme et la couleur) ne sont pas de vulgaires boulettes de riz, mais de véritables petites bombes aux saveurs multiples. C’est qu’elles sont composées d’ingrédients variés leur permettant de n’avoir jamais exactement le même goût. À la base, on les confectionne avec du riz, des œufs, de la chapelure et du safran. Mais petites mains ou grands chefs n’aiment rien tant que leur donner une touche personnelle, en leur ajoutant l’un des petits pois et du haché (on dit alors arancini al ragù), l’autre du beurre, de la mozarella et du jambon (prosciutto) ou encore en les mêlant à des épinards. Dans la région de Catania, on les déguste agrémentées d’aubergine ou de pistaches. Ailleurs, on n’hésite pas à mélanger le riz à des fruits de mer, des cèpes, de la sauce bolo ou du fromage. Le plus souvent bien rondes, les arancini ont parfois la forme de cônes…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Aussi en À table

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs