Jean-Baptiste Madou: un artiste qui débuta… au ministère des Finances

«
Pris en pleine sieste
», 1842 par Jean-Baptiste Madou.
« Pris en pleine sieste », 1842 par Jean-Baptiste Madou. - BelgaImage

La maman de Jean-Baptiste n’en revenait pas : elle contemplait son propre portrait dessiné par son fiston, âgé de quatorze ans ! Ce n’était pas d’aujourd’hui que celui-ci tenait le crayon comme personne, en tout cas aux yeux maternels. Mais ce qui tombait plutôt bien, c’est qu’un frère de l’École chrétienne fréquentée par Jean-Baptiste Madou (né à Bruxelles le 3 février 1796) exprimait le même avis sur l’artiste en herbe : « Il faut l’inscrire à l’Académie ! », conseillait-il fortement à la mère qui ne tarda pas à suivre cette opinion flatteuse. L’...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète