La meilleure amie de Quentin Dehar lève le voile sur les chirurgies esthétiques du sosie de Ken

La meilleure amie de Quentin Dehar lève le voile sur les chirurgies esthétiques du sosie de Ken
Facebook (Quentin Dehar)

« Paroles, paroles, paroles », chantait Dalida. Ken Dehar, le sosie de Ken, se vantait auprès des médias avoir subi plus d’une cinquantaine de chirurgies esthétiques pour pouvoir ressembler à Ken, le célèbre époux de la poupée Barbie. Selon les tabloïds britanniques, ces prouesses chirurgicales lui auraient d’ailleurs coûté plus de 100.000 €.

Mais voilà, selon la meilleure amie du sosie, Anne-Charlotte, cette estimation serait très loin d’être exacte. Interviewée par L’Obs qui dressait le portrait de son regretté ami - décédé le jour de son 27ème anniversaire le 2 septembre dernier -, la jeune femme a révélé que Quentin Dehar n’avait en réalité subi que deux opérations esthétiques : « Il racontait beaucoup de conneries. Sur ses opérations par exemple : en réalité, il n'en a fait que deux, au nez et sur les oreilles. Le reste, c'étaient des injections de Botox et d'acide hyaluronique, ou bien des UV et des blanchiments de dents ».

Quentin Dehar et sa meilleure amie, Anne-Charlotte.
Quentin Dehar et sa meilleure amie, Anne-Charlotte. - Facebook (Quentin Dehar)

Un départ tragique

Quentin Dehar, en quête constante de gloire et de perfection, avait participé à « Tellement vrai » et « Un Dîner presque parfait » en 2014. Mais n’ayant pas autant de succès qu’espéré, le jeune homme avait décidé de devenir stewart peu de temps avant de se donner la mort.

Facebook (Quentin Dehar)

Ses obsèques ont été célébrées le 6 septembre 2019 à Condé-en-Barrois, le village d’où il était originaire. Selon son meilleur ami, Yann, c’est une déception amoureuse qui expliquerait son geste. Ses parents, eux, avouent qu’ils ne sauront jamais pourquoi leur fils a commis cet acte.

 
  • Bastogne 1944: le terrible Noël

    I-Open_CobraKing_USARMY

    Le char du first-lieutenant Boggess est le premier à avoir brisé l’encerclement de Bastogne, rejoignant, le 26 décembre 1944, les troupes américaines assiégées. Retour sur un exploit autant militaire qu’humain.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern