Il voyage avec sa mère décédée et tente de prendre le ferry vers la Grande-Bretagne

BelgaImage
BelgaImage

Une octogénaire britannique, en voiture avec son fils, a été retrouvée morte au moment où ils allaient embarquer sur un ferry à Calais, a-t-on appris ce dimanche 24 octobre auprès du parquet de Boulogne-sur-Mer qui a ouvert une enquête pour homicide volontaire, sans exclure la piste de la mort naturelle.

Cette ressortissante britannique, âgée de 86 ans et son fils de 53 ans, originaires de l’Île de Wight, rentraient du sud de la France, où ils possèdent trois résidences, et allaient embarquer à bord d’un ferry vendredi à l’aube pour rentrer en Grande-Bretagne. « C’est au moment où ils devaient descendre du véhicule que le fils s’est rendu compte qu’elle était décédée », a précisé à l’AFP le procureur Pascal Marconville, confirmant une information du Journal du Centre.

Décédé « sur la route »

« Elle est morte du fait de son âge et d’une pathologie cancéreuse qui pourrait expliquer les traces qu’on a trouvées sur le corps, qui sont en fait des traces de contusions. D’après le fils, ce serait lié à des chutes récurrentes », a-t-il ajouté. Le fils, « très confus », a été hospitalisé sous contrainte en psychiatrie à Calais.

Selon le magistrat, ils sont partis de leur petit château de Vernon, en Ardèche, puis, la mère ne se sentant pas bien, se sont arrêtés en Bourgogne, à Châtin (Nièvre). « On a vérifié que tous les domiciles ne présentent pas de traces suspectes. On n’a pas retrouvé de scènes de désordre ou de choses particulières », a-t-il ajouté, précisant qu’ils possèdent une troisième résidence, également en Bourgogne, où ils ne se seraient pas arrêtés.

L’autopsie réalisée vendredi après-midi n’a « rien révélé si ce n’est une femme âgée très malade et dans un état de santé très précaire » et qui serait décédée « sur la route », bien avant d’arriver à Calais, a indiqué le magistrat.

 
  • Bastogne 1944: le terrible Noël

    I-Open_CobraKing_USARMY

    Le char du first-lieutenant Boggess est le premier à avoir brisé l’encerclement de Bastogne, rejoignant, le 26 décembre 1944, les troupes américaines assiégées. Retour sur un exploit autant militaire qu’humain.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern