À la télé ce soir: la demi-finale du «Meilleur Pâtissier» ou le thriller «La fille du train» (vidéos)

Capture d’écran - Facebook
Capture d’écran - Facebook

Le Meilleur Pâtissier, à 20h20 sur RTL-TVI

Pour cette demi-finale, Cyril Lignac lance un nouveau défi aux pâtissiers amateurs : transformer un tableau de maître en gâteau. Les quatre candidats encore en lice vont devoir faire preuve de sensibilité et de technique pour livrer leur interprétation gourmande du célèbre chef-d’œuvre de Van Gogh : « Les Tournesols ». Et bien d’autres épreuves pour départager Camille, Sophie, Stéphanie et François. Qui verra la finale ?

La fille du train, à 20h25 sur La Une

Rachel fantasme le couple que forment Megan et Scott, un modèle de réussite selon elle. Depuis le train qu’elle prend tous les jours, elle les voit évoluer. Un jour, elle aperçoit Megan entrer dans un tunnel et ne plus en ressortir. Quand la disparition de la jeune femme est signalée, Rachel est interrogée…

Les étoiles de Dominique Deprêtre

Le train sifflera trois fois, à 20h55 sur Arte – Quatre étoiles

de Fred Zinnemann (1952)

Interprétée par Tex Ritter – mais popularisée ensuite par Frankie Lane – dans la version originale (« Do not forsake me Oh my Darling ») et par John William en français (« Si toi aussi tu m’abandonnes »), la balade de Dimitri Tiomkin revient à plusieurs reprises dans la trame de ce formidable drame cornélien qui déborde largement du cadre strict du western et dont le producteur Carl Foreman fut placé sur la liste noire du maccarthysme, insidieusement visé par cet éloge du courage d’un homme et d’une femme isolés face à l’immonde lâcheté collective. Premier grand rôle de Grace Kelly.

Mission, à 22h20 sur Arte – Trois étoiles

de Roland Joffé (1986)

Palme d’or à Cannes, cette luxueuse fresque historique essentiellement tournée dans le parc d’Iguazú en Argentine loupa une pluie d’Oscars, seule la photographie de Chris Menges ayant été retenue. La sublime musique d’Ennio Morricone fut barrée à l’Oscar par la BO de Herbie Hancock pour « Round Midnight ». Une question de goût évidemment…

Elle, à 22h30 sur La Une – Trois étoiles

de Paul Verhoeven (2016)

Dix ans après son « Zwartboek » qui pour les cinéphiles reste le vrai chef-d’œuvre de sa carrière, le réalisateur amstellodamois revient au thriller sulfureux avec cette adaptation d’un roman du Parisien Philippe Djian, titulaire du Prix Interallié en 2012. Lauréat des Césars du meilleur film et de la meilleure actrice pour Isabelle Huppert, et encensé par la critique, ce thriller malsain et tout de même un brin surfait est surtout un vrai modèle d’ambiance, où la lauréate et Judith Magre (incarnant sa mère) jouent les manipulatrices toujours sexy à respectivement 66 et… 92 ans. La magie du cinéma reste sans limite.

Le cri de la victoire, à 23h40 sur France 5 – Trois étoiles

de Raoul Walsh (1955)

D’après le roman de Leon Uris, l’auteur du célébrissime « Exodus », un « Full Metal Jacket » avant l’heure, où le « repos du guerrier » des Marines est très joliment incarné, notamment par Dorothy Malone, « star » oubliée de la décennie qui lui valut pourtant de décrocher l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle en 1957 pour « Écrit sur le vent » de Douglas Sirk. Elle s’est éteinte en janvier 2018 à l’âge de 93 ans.

 
  • Belgaimage

    Les règles de la légitime défense

    De plus en plus de Belges ont une arme à la maison. Mais quand peut-on l’utiliser pour se défendre ? Un point après le drame de Ferrières.

  • Le rover européen ExoMars foulera le sol martien au printemps 2021, comme ici sur cette vue d’artiste.

    2020: objectif Mars!

    Un rover américain et un rover européen décolleront cet été à destination de la Planète Rouge. Leur mission très ambitieuse: trouver des traces de vie extraterrestre.

  • Inutile pour les seniors de se lancer dans des activités pointues
: mieux vaut opter pour une musculation adaptée à son état général.

    Il n’y a pas d’âge pour se muscler

    Une étude britannique a démontré qu’en matière de musculation, il n’était jamais trop tard pour s’y mettre. Même à plus de 70 ans, les résultats sont bien plus rapides qu’on ne le croit ! Les explications d’un spécialiste en médecine sportive.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern