Marcel Javaux, accusé de racisme après des propos polémiques dans «La Tribune» sur la RTBF, s’explique (vidéo)

Marcel Javaux, accusé de racisme après des propos polémiques dans «La Tribune» sur la RTBF, s’explique (vidéo)
Capture d’écran - Twitter

« Avec le VAR, ça vaut quatre, cinq matchs. ET là, le gars s’en sort blanchi », dit Marcel Javaux. Avant de rajouter : « Enfin, si on peut dire ». L’ancien arbitre belge, devenu spécialiste de la page arbitrage dans l’émission foot de la RTBF « La Tribune », commente alors les images de la faute du joueur brugeois Dennis, également international nigérian. En plateau, le malaise se fait sentir. Benjamin Deceunink demande subtilement à Marcel Javaux de « rester correct ». Stephan Streker lève les yeux au ciel quand Khalilou Fadiga, lui, fulmine.

Mais l’émission suit son cours malgré les propos de l’ancien arbitre. Rapidement, des commentaires affluent sur les réseaux sociaux au sujet de cette sortie jugée limite et polémique par certains internautes. Et on les comprend. Sur Twitter, Marcel Javaux a réagi ce mardi 26 novembre, dans la matinée : « Manifestement, le terme blanchi utilisé tous les jours en droit aurait eu, selon d’aucuns, une connotation raciste dans ma bouche… Dans ce cas je m’en excuse. Dire sur cette base que je suis raciste est insultant ». Quelques phrases pour clore la controverse. Suffisant ?

« Nous nous sommes expliqués »

Ce qui est sûr, c’est que la RTBF a également réagi. Le média du service public a diffusé, sur son site web, la déclaration de Michel Lecomte, le boss des sports côté Reyers. La RTBF note par ailleurs qu’elle « peut comprendre que certaines personnes n’aient pas apprécié ses propos (de Marcel Javaux, ndlr) » et indique que plusieurs personnes leur ont fait savoir. De son côté, Michel Lecomte tente de désamorcer et affirme qu’il a réagi immédiatement après l’émission de ce lundi 25 novembre :

« Nous nous sommes expliqués Marcel Javaux et moi immédiatement en sortant du plateau hier sur le caractère très équivoque de cette réflexion. Marcel Javaux s’est défendu en précisant qu’au moment où il a employé l’expression ‘blanchi’ il a voulu s’excuser et a ajouté ‘si on peut dire’. Cela n’a manifestement pas été perçu de la même façon par tous, ce qui explique les nombreuses réactions après cette intervention »

Par ailleurs, Michel Lecomte ne nie pas le fait que l’intervention de Marcel Javaux a suscité un « réel malaise sur le plateau ». Il conclut : « Cette réflexion était déplacée et de mauvais goût mais on ne peut pas l’associer à des propos racistes qui viseraient à être discriminants envers qui que ce soit. Si Marcel Javaux avait un tel profil, il ne ferait pas partie de l’équipe de La Tribune qui a toujours dénoncé avec vigueur les actes, les gestes et les propos racistes toujours bien présents, malheureusement, dans et autour des stades ».

 
  • Bastogne 1944: le terrible Noël

    I-Open_CobraKing_USARMY

    Le char du first-lieutenant Boggess est le premier à avoir brisé l’encerclement de Bastogne, rejoignant, le 26 décembre 1944, les troupes américaines assiégées. Retour sur un exploit autant militaire qu’humain.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern