L’ancienne agent de Laeticia Hallyday dresse un portrait au vitriol de son ex-cliente: «Chez elle, rien n’est spontané»

BelgaImage
BelgaImage

Ce livre, qui sort ce jeudi 28 novembre, va faire l’effet d’une bombe. Laurence Favalelli publie « Au cœur du clan Hallyday », un portrait du couple qu’elle a fréquenté pendant six ans. En attendant la parution officielle, en librairies, du bouquin, l’ancienne agente de Laeticia dévoile plusieurs éléments dans une interview accordée au Parisien et reprise par les médias people. On y apprend ainsi que Laeticia Hallyday ne serait pas aussi lisse que l’on pourrait penser.

>Quand Laeticia Hallyday ne souhaitait pas arriver avec ses filles Jade et Joy à l’enterrement de Johnny

Laurence Favalelli est entrée au service des Hallyday en 2012. Elle devient ensuite l’agent artistique de Laeticia Hallyday, censée gérer l’image de la femme du Taulier. « J’ai eu besoin d’écrire mon histoire, un mélange d’affect privé et professionnel, qui m’a psychologiquement et physiquement éreintée. Je suis sortie de ce milieu avec le besoin de raconter ma part de vérité au public et aussi à mes proches, à qui je taisais beaucoup de choses », dit-elle.

« La narration de soi poussé à l’extrême »

Avec ce livre, Laurence Favalelli tait beaucoup moins d’éléments. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les bonnes feuilles du livre et les extraits d’interview dressent un portrait au vitriol de son ancienne cliente, Laeticia Hallyday. Il faut dire que Laurence Favalelli est désormais libre, puisqu’elle ne travaille plus pour la veuve du rockeur depuis le début de l’année 2019. Sa cliente affirme qu’elle s’est séparée d’elle pour des raisons économiques. L’agent, elle, assure qu’elle a démissionné, las de ce « Vaudeville » qui déchire le clan Hallyday à propos de la succession de Johnny Hallyday.

>Pour la première fois, Laeticia Hallyday a assisté à un concert en hommage à Johnny, avec Jade et Joy

Dans son livre long de 288 pages, Laurence Favalelli évoque la façon qu’aurait Laeticia Hallyday d’absolument tout contrôler : sa vie entière serait scénarisée. « Laeticia, c’est la mise en scène de soi, la narration de soi poussé à l’extrême. Rien n’est spontané, c’est de l’autocensure. Même aux gens proches et à moi, elle dit ce qu’il faut dire, ce qu’il est bon de dire », explique-t-elle.

« Mi-ange mi-démon »

En termes d’image, les photos jouent un rôle prépondérant dans l’image que Laeticia Hallyday souhaite renvoyer. Et visiblement, la veuve du Taulier entend contrôler de façon maniaque les clichés qui tournent, Instagram fonctionnant comme juge de paix. Comme cette fois où Laeticia Hallyday fait un voyage humanitaire au Vietnam, pour le compte de son association « La Bonne étoile », en collaboration avec la cheffe Hélène Darroze, et où les photos ne lui plaisent pas : « Quand elle les a vues, elle a déclaré ‘Je n’aime pas ma gueule’ ». Résultat, elle n’apparaîtra sur aucune photo du voyage, sa notoriété n’aidant ainsi pas la cause.

>Johnny Hallyday: deux ans après sa mort, un filon très rentable

Laurence Favalelli a aussi quelques mots pour l’affaire de l’héritage du rockeur : « C’est un déversement de haine atroce, un déballage de linge sale triste à mourir », un héritage compliqué en somme, sauf qu’ici « seules les personnes impliquées ne sont pas banales ». D’ailleurs, l’ex-agente de Laeticia Hallyday a noté un changement d’attitude chez sa cliente dès la mort de son mari : « Elle s’est durcie. Mi-ange mi-démon. Laeticia est un personnage romanesque, complexe, et elle reste un mystère pour moi ».

La fin entre les deux femmes

Pendant tout un temps, Laurence Favallelli vit « de plus en plus dissociée ». « D’un côté, le discours que Lolotte tient à Laeticia en public, de l’autre celui que Laurence a chez elle quand le rideau tombe », explique-t-elle. Un épisode scelle la séparation entre les deux femmes : « C’était au NikkiBeach à Saint Barth, il y avait beaucoup de bruit et j’ai eu le malheur de demander deux fois un café au serveur. Elle m’a hurlé dessus. Le lendemain, je suis repartie en mode ‘Sortez-moi de là’ », raconte l’auteure du livre, âgée de 43 ans, au Parisien.

Le travail pèse alors trop sur ses épaules : « Je ne veux pas me positionner comme une victime. Mais à l’échelle de ce que j’ai vécu, quand on est crucifiée pour ne pas avoir répondu exactement à l’attente de Laeticia, et que c’est la millième fois que ça arrive, alors on se remet en question. Jusqu’à ne plus en pouvoir et devoir s’échapper de cette cocotte-minute d’émotions qui menace d’exploser à tout moment ». Aujourd’hui, les deux femmes ne sont plus en contact.

 
  • Le tueur n’a laissé aucune chance à Xavier Baligant. «
Malchance
» ou assassinat
?

    Meurtre de Xavier Baligant: un mystérieux SMS pour résoudre ce cold case?

    Été 2011 : Xavier Baligant est tué sur une aire d’autoroute française. Depuis, les enquêteurs font chou blanc. L’avocat de la famille demande une nouvelle expertise du téléphone de la victime, le dernier message reçu pouvant être un rendez-vous avec son meurtrier.

  • Même soutenu par Barack Obama, Joe Biden n’enflamme pas les foules américaines... mais les rassure.

    Joe Biden: nouveau cap pour l’Amérique?

    En tête dans les sondages, le candidat démocrate semble bien placé à 90 jours de l’élection présidentielle du 3 novembre. Plus posé mais aussi plus fade que Donald Trump.

  • OUVERTURE 20200707 Frou-frou Seine-4853

    Christine Bravo: «Ma vie au fil de l’eau»

    Christine Bravo se raconte au fil de l’eau, à bord du « Frou-Frou », un bateau qu’elle a rénové et sur lequel elle organise des croisières thématiques. De nos envoyées spéciales à Paris, Sophie Lagesse (texte) et Ingrid Otto (photos).

Signé duBus
Signé Stéphane Bern