Qui a remporté la palme du « Meilleur Pâtissier » ? (vidéo)

Qui a remporté la palme du « Meilleur Pâtissier » ? (vidéo)
D.R.

La saison s’est clôturée en fanfare, c’est le cas de le dire. La grande finale du « Meilleur pâtissier » s’est placée ce lundi 2 décembre 2019 sous le signe du carnaval. L’occasion pour les trois dernières concurrentes de montrer tous leurs talents et capacités d’imagination. C’est finalement Camille qui a réussi à se distinguer pour remporter la mise.

Un combat sans mercis

D.R.

La lutte a pourtant été serrée. Les concurrentes ont réalisé un tour du monde des gourmandises, passant de Rio à Menton via Venise. Camille laissait déjà entrevoir une victoire en remportant une manche. Sa création, un maïs décliné en crémeux, a recueilli les faveurs du jury composé de Cyril Lignac, Mercotte et Benoît Blin. « On est sur un dessert qui veut faire la différence » cède même ce dernier.

Mais c’était sans compter sur Stéphanie qui réussit à égaliser, laissant Sophie définitivement derrière. La dernière épreuve voit finalement ni l’une ni l’autre l’emporter. Le tiramisu de Stéphanie, « chic et très bon » mais « un peu simple », n’a pas fait le poids face à la création de Camille.

Des éclatements de joie

« Oh purée ! ». Ce sont les premiers mots de Camille, estomaquée par la déclaration de sa victoire tant attendue. « J'ai envie de remercier la Terre entière mais je remercie en premier ma famille, les autres pâtissiers pour m'avoir fait vivre une aventure incroyable, Cyril et Mercotte, forcément… ».

A Télé-Loisirs, elle déclare qu’elle ne s’y « attendait pas ». « Le suspense était jusqu’au bout. Le niveau était très serré entre mes deux consœurs. Cela a été presque un choc ». Et après l’effort, le repos. Ayant « encore du mal à atterrir », elle avoue à La Capitale avoir eu besoin de prendre quelques jours de congé, question de rester encore un peu dans les nuages.

 
  • Bastogne 1944: le terrible Noël

    I-Open_CobraKing_USARMY

    Le char du first-lieutenant Boggess est le premier à avoir brisé l’encerclement de Bastogne, rejoignant, le 26 décembre 1944, les troupes américaines assiégées. Retour sur un exploit autant militaire qu’humain.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern