Aladdin : le spin-off sur le Prince Anders divise

BELGAIMAGE-150178064
BelgaImage

C’est ce qui s’appelle une annonce qui fait pschitt. La réalisation probable d’un spin-off sur le Prince Anders ne fait pas vraiment l’unanimité auprès des fans. La cause principale du contentieux : le seul personnage blanc du film Aladdin, avec un rôle aussi mineur soit-il, est celui qui a été choisi pour réaliser une série dérivée.

Un parallèle frappant entre le destin de Magnussen et de Massoud

Le projet a en réalité été révélé par le « Hollywood Reporter ». Le rôle principal serait donc assuré par Billy Magnussen et la production serait disponible sur le service de streaming en ligne lancé en novembre 2019, Disney+. C’est l’hypothèse retenue par la firme américaine pour ne pas laisser aux oubliettes le succès d’Aladdin (plus d’un milliard de dollars de recettes).

Oui, sauf que ce problème de couleur de peau est vue comme du favoritisme pro-occidental. Cette question est d’autant plus prégnante qu’en début de semaine, celui qui a incarné Aladdin, Mena Massoud, a fait part son désespoir. Depuis le film, personne n’a voulu lui accorder un nouveau rôle.

La révélation du projet du Prince Anders tombe donc au pire moment. Nombreux sont les internautes faisant le parallèle entre le destin de Magnussen et de Massoud. « Alors comme ça, juste après que l'on apprenne que l'acteur d'Aladdin ne peut pas avoir du travail, Disney annonce un spin-off sur le gars blanc symbolique apparu dans une scène ! », écrit une personne sur Twitter.

Est-ce que Disney reverra sa décision ? Modifiera-t-il ses plans ? Si tout reste en l’état, les téléspectateurs pourront voir les aventures de Prince Anders aux environs de 2022, sans plus de précision.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?