Entre critiques de féministes et succès d’audience, Miss France 2020 sera désignée samedi

Défilé des candidates au titre de Miss France 2020.
Défilé des candidates au titre de Miss France 2020. - ©Isopix

Miss France 2020 succédera devant les caméras de TF1 à la Polynésienne Vaimalama Chaves. Les Miss régionales en lice sont âgées de 18 ans pour Miss Lorraine, Ilona Robelin, la benjamine, à 24 ans pour Miss Bretagne, Romane Edern.

Contrairement à l’an dernier, le jury ne sera pas 100 % féminin. Il sera présidé par la capitaine de l’équipe de France féminine de football Amandine Henry, et compte trois autres femmes, dont la comédienne Laëtitia Milot, et trois hommes dont le pâtissier Christophe Michalak.

Pour la 25e année, l’inoxydable Jean-Pierre Foucault sera aux manettes de la soirée, organisée sur le thème du « Tour du monde des Miss » pour la première fois dans une grande salle de sa ville natale, Marseille. Il sera accompagné de la directrice générale des Miss France Sylvie Tellier et accueillera en invité d’honneur le chanteur britannique Robbie Williams.

Comme chaque année, les votes des téléspectateurs de TF1 pour élire la gagnante devraient se compter par millions : la soirée des Miss France reste un gros enjeu pour la chaîne, et la société Endemol qui produit le spectacle. L’an dernier, la cérémonie a décroché la deuxième meilleure audience de l’année (7,3 millions de téléspectateurs) toutes chaînes confondues. Mais les chiffres semblent s’éroder : le record de 2006, avec 9,4 millions de téléspectateurs, est loin, et Miss France n’a plus dépassé la barre des 8 millions depuis l’édition 2015.

Ces scores d’audience à six chiffres désolent toutefois l’association Osez le Féminisme, qui dénonce chaque année un concours « sexiste et ringard ».

« Vision rétrograde »

Malgré la prise de conscience de la société sur le harcèlement sexuel ou les violences faites aux femmes, « on est un peu désespérés (par le succès de Miss France) et on voit qu’on n’avance pas tant que ça », explique à l’AFP Céline Picq, l’une de ses porte-paroles. L’association s’alarme notamment de l’avalanche attendue de commentaires « hyper dégradants » sur les réseaux sociaux lors de l’émission.

Localement, l’attribution d’une subvention de 150.000 euros à l’organisation du concours par la mairie a été dénoncée par la gauche, le conseiller municipal communiste Jean-Marc Coppola y voyant la promotion sur fonds publics d’une « vision rétrograde des femmes ». Le maire LR Jean-Claude Gaudin promet, lui, des « retombées économiques importantes » pour la ville en termes d’image.

Début décembre, l’animateur Laurent Ruquier avait ouvert un nouveau front, via un appel au boycott, qui serait « un bon début » selon lui : « Puisqu’il faut arrêter de regarder les femmes comme des objets, cessez de les juger sur leur physique, et de systématiquement privilégier les plus jolies », a-t-il déclaré dans son émission « On n’est pas couché ».

Ruquier, dont l’émission « Les grosses têtes refont l’année » sur France 2 est en concurrence directe avec Miss France samedi soir, a ensuite rétropédalé sur Twitter, plaidant le « deuxième degré ».

Du côté de Miss France, les organisateurs insistent sur les « personnalités » ou les « histoires » des candidates. « J’aimerais répondre aux féministes que peu importe la manière dont on accède à la célébrité, être une femme, c’est être libre », a déclaré à l’AFP Sylvie Tellier, fin novembre.

Miss France 2019, Vaimalama Chaves abonde : « En tant que femme, je revendique le droit de participer à un concours comme celui-ci. Est-ce que ce ne serait pas contradictoire de vouloir défendre les droits des femmes tout en les privant de cette liberté ? ».

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • DR

    Chasseurs de microbes (11)

    Du XVIIe siècle à Louis Pasteur, Paul De Kruif raconte dans un livre passionnant l’existence hors normes et les découvertes magnifiques de grands savants, pionniers de la science et bienfaiteurs de l’humanité.

  • DR

    Suzuki Across: le cadeau de Toyota

    Après le break Swace, un nouveau modèle vient enrichir un peu plus la gamme Suzuki. Et une fois encore, c’est un festival de premières. Le SUV Across est un petit événement.

  • DR

    La Jeep Compass encore plus européenne

    Découvrez d’autres nouveautés du monde automobile.