Coronavirus : le film «Contagion» revient dans le top des ventes (vidéo)

Coronavirus : le film «Contagion» revient dans le top des ventes (vidéo)
BelgaImage

Les Américains seraient-ils en train de devenir paranoïaques face au coronavirus ? Il semble bien que oui. Le film « Contagion », avec Matt Damon, Marion Cotillard et Jude Law, vient en effet de revenir en force sur les écrans outre-Atlantique. Il se fait une place parmi le top 10 des films les plus téléchargés sur iTunes. En Europe, il apparaît aussi dans le top 25 en Allemagne, Italie et Autriche.

Lorsque la fiction rejoint (parfois) la réalité

Il faut dire que les ressemblances avec la situation actuelle ont de quoi interpeller. Le long-métrage imagine une nouvelle maladie naissant en Chine avant de se répondre au reste du monde. « Le premier jour, ça concernait 2 personnes, puis on est passé à 4, à 16. Dans trois mois, on en sera à un milliard, c’est ça qui nous pend au nez », dit le personnage de Jude Law dans la bande-annonce, imaginant une situation catastrophe.

Le film, sorti en 2011, a été salué à l’époque pour son réalisme. Aujourd’hui, le coronavirus n’a peut-être pas engendré de panique comparable mais la maladie née dans la ville de Wuhan infecte de plus en plus de personnes. On compte pour l’instant 170 morts et des milliers de personnes contaminées. Après les Etats-Unis, la France et l’Allemagne, la Finlande et les Emirats-Arabes-Unis viennent de confirmer l’apparition du virus sur leurs territoires.

En Chine, le stress s’empare encore plus de la population. En témoigne la popularité renouvelée du jeu « Plague Inc. » qui bat des records de vente sur l’App Store dans l’Empire du Milieu. Son créateur a toutefois mis en garde les joueurs de ne pas confondre le scénario de son jeu avec la réalité.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern