La réforme des Victoires de la Musique, objet d’une nouvelle controverse

La réforme des Victoires de la Musique, objet d’une nouvelle controverse
BelgaImage

C’était attendu et ça n’a pas manqué ! Une véritable fronde a été suscitée par la volonté de rebâtir la structure des Victoires de la Musique. Un point crispe tout particulièrement : les catégories primées sont moins nombreuses (huit pour être exact contre treize en 2019) et allégées de toute identification de genre. Exemple : les différentes catégories pour les albums, que ce soit rap, rock, variétés… sont remplacées par une seul et unique entrée « album ».

Pluie de remontrances

Il n’en fallait pas plus pour provoquer un véritable tollé. Déjà en temps normal, les Victoires de la Musique sont accusées de manquer de diversité sociale et musicale. Alors tout édulcorer au sein de catégories aseptisées ? Il s’agit pour certains d’une véritable déclaration de guerre. « Invisibilisation systématique du rap », « coup de couteau donné au rock »… Les critiques viennent de toute part.

Auprès de l’AFP, le DJ et producteur Martin Meissonnier se désole de voir « un monde qui se referme au lieu de s’ouvrir », alors que la journaliste fondatrice de « Madame Rap » Eloïse Bouton note que cela s’inscrit dans un cadre où on constaterait encore et toujours trop « peu de rappeurs et peu de femmes ». Le chanteur Manu Dibango et le membre fondateur du groupe Kassav’ Jacob Desvarieux reprochent un manque toujours flagrant « de diversité de couleurs ».

Une défense bien préparée

Bref, la réforme a provoqué une zizanie encore plus forte qu’à l’accoutumée. Bien évidemment, les organisateurs de la cérémonie étaient prêts à encaisser le choc. « C’est un choix, on savait qu’on ouvrirait le débat, c’est bien de l’ouvrir, le débat est sain et il ne faut pas l’éviter », explique leur président, Romain Vivien, qui fait valoir une meilleure « lisibilité » des catégories en 2020.

« Nous voulions éviter de catégoriser les artistes, et puis le public ne s’y retrouvait pas forcément. C’était aussi une demande d’artistes, qui nous disaient “on veut concourir avec tout le monde" », ajoute-il avant de glisser qu’« auparavant, seuls les gagnants chantaient durant la cérémonie. Là tous les nommés se produisent ».

Pas sûr que tout le monde ait compris les bonnes volontés qu’il tente de faire valoir. Cela dit, il ne se dédouane pas de tout. Romain Vivien reconnaît ainsi le manque de diversité lors de la cérémonie, même s’il pose la question de l’origine de ce constat : « est-ce lié aux catégories enlevées ou aux gens qui votent ? ». Que ce soit l’une ou l’autre réponse, comme il le dit lui-même, c’est un problème sur lequel « il va falloir y travailler ».

 
  • Le tueur n’a laissé aucune chance à Xavier Baligant. «
Malchance
» ou assassinat
?

    Meurtre de Xavier Baligant: un mystérieux SMS pour résoudre ce cold case?

    Été 2011 : Xavier Baligant est tué sur une aire d’autoroute française. Depuis, les enquêteurs font chou blanc. L’avocat de la famille demande une nouvelle expertise du téléphone de la victime, le dernier message reçu pouvant être un rendez-vous avec son meurtrier.

  • Même soutenu par Barack Obama, Joe Biden n’enflamme pas les foules américaines... mais les rassure.

    Joe Biden: nouveau cap pour l’Amérique?

    En tête dans les sondages, le candidat démocrate semble bien placé à 90 jours de l’élection présidentielle du 3 novembre. Plus posé mais aussi plus fade que Donald Trump.

  • OUVERTURE 20200707 Frou-frou Seine-4853

    Christine Bravo: «Ma vie au fil de l’eau»

    Christine Bravo se raconte au fil de l’eau, à bord du « Frou-Frou », un bateau qu’elle a rénové et sur lequel elle organise des croisières thématiques. De nos envoyées spéciales à Paris, Sophie Lagesse (texte) et Ingrid Otto (photos).

Signé duBus
Signé Stéphane Bern