Un homme couvre sa voiture de 400.000 strass (vidéo)

Un homme couvre sa voiture de 400.000 strass (vidéo)
Capture d’écran Youtube

C’est ce qui s’appelle une voiture qui tape dans l’œil ! Autant dire que s’il voulait se faire remarquer, sa mission est accomplie et de loin. Cet homme, originaire de l’île de Crimée disputée entre la Russie et l’Ukraine, a eu la « bonne » idée de parer son bolide de strass, ces petits bouts de verre brillants comme du diamant. Le boulot a dû être de longue haleine : pour finir son œuvre, il a dû en rassembler 400.000 et les coller un par un.

Le fruit d’une demi-année de travail

Le résultat promet de ne laisser personne indifférent. La voiture brille de mille feux sous le soleil criméen. Kitsch ou œuvre d’art à part entière ? Chacun se fera son avis. Quoi qu’il en soit, les habitants de la ville de Sébastopol, le principal centre urbain de l’île, n’hésitent pas à se prendre en photo à côté de cette étrangeté des routes criméennes. « J’étais surpris de voir cette voiture si brillante, mes enfants sont très impressionnés… C’est très bien joué ! », dit l’un d’entre eux.

Pour réaliser ce travail d’orfèvre, le pilote pouvait compter sur son expérience. Pyotr Chernovsky est en effet joaillier. « J'ai commandé les strass en Chine, pour environ 40 kilos, et je les ai collés moi-même pendant une demi-année », confie-t-il aux caméras de Reuters. Montant de la facture : un million de roubles, soit presque 15.000 €. Cela lui a permis de couvrir les moindres recoins de la voiture, volant et pommeau de vitesse compris.

Son travail achevé, Pyotr Chernovsky peut se balader fièrement dans les rues de sa ville et profiter de sa nouvelle célébrité. Avant d’éventuellement vendre son bijou, il devrait encore se faire remarquer pendant quelques temps sur l’île de la Mer Noire.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern