Quaden, le garçon atteint de nanisme qui a ému la Toile, a-t-il réellement 9 ans?

Quaden Bayles a été reçu comme invité d’honneur à un match de rugby le samedi 22 février.
Quaden Bayles a été reçu comme invité d’honneur à un match de rugby le samedi 22 février. - ©Isopix

Quaden Bayles a bien neuf ans. Les internautes les plus sceptiques vont devoir l’accepter. Il n’y a pas de truquage dans la vidéo et non, Quaden n’est pas un acteur de 18 ans (ou plus) qui reçoit de l’argent pour se faire passer pour un enfant suicidaire. Ce gamin, harcelé à l’école et filmé par sa maman alors qu’il demande un couteau pour se « le planter en plein cœur », est bien un petit enfant, comme tendent à le prouver certains éléments retrouvés sur internet.

Ce petit Australien atteint de nanisme a fêté son sixième anniversaire en décembre 2016, comme l’attestent des photos publiées à l’époque par sa maman sur son compte Instagram. Le calcul n’est pas difficile, il a donc aujourd’hui neuf ans, et non 18 comme certains internautes l’ont annoncé après avoir vu une photo de Quaden lors d’une fête d’anniversaire où un grand « 18 » en lettres rouges apparaissait.

Autre preuve de l’âge du petit garçon : en 2015, Quaden et sa mère sont interviewés sur le plateau d’une chaîne australienne, et le bambin assis sur les genoux de sa maman n’a rien d’un adolescent. Si Quaden a fêté ses six ans en 2016, il devait avoir cinq ans en 2015, ce qui colle totalement avec la vidéo de la chaîne de télé.

Mise en ligne il y a quelques jours par la mère de Quaden Bayles, la vidéo a été vue plus de 25 millions de fois et partagée en masse sur les réseaux sociaux. Des stars comme Hugh Jackmann ont apporté leur soutien au petit Australien. Une cagnotte a même été organisée pour l’emmener à Disneyland.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern