Accueil Actu Soirmag

Une compagnie pétrolière canadienne fait polémique avec un logo pédopornographique de Greta Thunberg

L’autocollant en question représente la militante écologiste, très critique des entreprises polluantes, dans une position très suggestive. L’affaire est d’autant plus sensible que la compagnie en tort est vitale pour l’économie locale.

Temps de lecture: 3 min

Que Greta Thunberg ne soit pas appréciée des géants du pétrole, cela n’est pas très étonnant. Mais est-il possible qu’une entreprise du secteur aille jusqu’à faire des autocollants à caractère sexuel représentant celle-ci ? C’est pourtant ce qui est reproché à X-Site, compagnie canadienne basée dans la province pétrolifère de l’Alberta.

Au début, une lanceuse d’alerte

Comme le rapporte le HuffPost local, une personne du nom de Michelle Narang a été choquée de passer devant ce logo ce mercredi 26 février 2020. On y voit « Greta » de dos (le nom est marqué dessus), dénudée, les deux nattes tirées en arrière par quelqu’un d’autre.

Si Narang soutient en règle générale cette entreprise, cruciale pour la région, elle n’a pu s’empêcher de dénoncer cette image : « L’industrie pétrolière est une industrie pour laquelle Alberta se bat désespérément. Cet autocollant n’est pas quelque chose dont Alberta et ses habitants ont besoin. Cette compagnie représente exactement ce contre quoi l’industrie du gaz et de pétrole doit se battre », dit-elle. Elle précise aussi qu’en se plaignant d’un logo pédopornographique, le directeur de X-Site lui aurait répondu que Greta Thunberg n’était pas une enfant parce qu’« elle a 17 ans », faisant fi de la loi (qui établit l’âge adulte à 18 ans).

Pluie de critiques

S’en suit un tollé général dans le pays. La ministre de la Culture d’Alberta a déclaré que l’image était « absolument déplorable, inacceptable et dégradante. Cela n’est pas représentatif de notre province. Le responsable devrait avoir honte et présenter ses excuses immédiatement ». Interrogé par la radio CFFR, le directeur de X-Site, Doug Sparrow, nie sa responsabilité : « Cela ne vient pas de X-Site, ni d’aucun de nos employés. Quelqu’un a fait ça. C’est tout ce que je sais ». Accablée d’appels se plaignant de l’incident, la compagnie a promis de suivre cette affaire.

Début du mois de février 2020, Greta Thunberg avait commenté la politique canadienne en matière de bilan carbone. A ce moment-là, la Cour fédérale d'appel reprochait au gouvernement sa volonté de développer l'oléoduc Trans Mountain, bien que le Premier ministre Justin Trudeau ait parlé d’autre part de l’existence d’une « urgence climatique nationale ». Sur Twitter, la militante écologiste a alors écrit : « Si un alcoolique vous assure qu'il prend sa condition au sérieux tout en se couchant dans un magasin de bourbon 40 ans, vous douteriez de sa sincérité ».

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une