«Koh-Lanta» sexiste? La productrice se dit «scandalisée» (vidéo)

«Koh-Lanta» sexiste? La productrice se dit «scandalisée» (vidéo)
TF1

« Koh-Lanta » montrerait-il une caricature grossière de notre société ? Femmes hypersexualisées, « culture de la virilité », décalage « énorme » avec le monde réel… Le Haut Conseil à l’égalité femmes-hommes se montre dur envers l’émission, critiquée au même titre que d’autres comme « Les Anges » et « Les Marseillais ». La productrice de « Koh-Lanta », Alexia Laroche-Joubert, n’a pas tardé à réagir pour faire valoir sa désapprobation.

Renier en bloc les accusations

Sur RMC, elle ne manque pas de mots pour critiquer ce rapport, se disant « scandalisée ». Pointant le passage où il est reproché que les femmes soient systématiquement peu vêtues, elle prend le problème à l’envers, questionnant les propres perceptions du Haut Conseil : « Depuis quand les maillots de bain signifient la sexualisation ? Il me semble qu’en plein été, sur la côte Basque les hommes et les femmes sont en maillot de bain. Ça veut dire quoi ? Ils veulent rhabiller les femmes ? Il y a un problème de fond c’est-à-dire qu’ils portent un jugement sur des tenues choisies par les candidates », s’insurge-t-elle.

Quant aux épreuves, jugées comme étant à l’avantage des garçons, Laroche-Joubert balaie le reproche d’un revers de la main : « De toutes les saisons, 113 épreuves ont été gagnées par des femmes contre 60-70 par des hommes. Sur les six dernières, il y a systématiquement une femme et un homme en finale. [...] On fait très attention sur la manière dont on structure les épreuves par exemple avec la fameuse épreuve des sacs, les femmes ont un poids plus léger justement pour qu’elles puissent être de vraies compétitrices ». Son argument de poids : la Belge Maud, dernière grande gagnante de l’émission.

A suivre dans le prochain épisode…

Cela ne devrait pas faire changer d’avis le Haut Conseil qui écrit que « la téléréalité est une grande pourvoyeuse de sexisme: traits de caractère et assignation à des tâches et rôles stéréotypés, sexualisation très présente et guidée par la recherche du “male gaze” et non par l’affirmation de la puissance du corps des femmes, procédés de dénigrement et de “clash” qui tournent à plein. Présentées souvent comme stupides, faibles et rivales entre elles, elles ne sont que le faire valoir de “mâles dominants” ».

Les chaînes concernées par le rapport, à savoir TF1, NRJ12 et M6, ont toutes tenu à répondre en affirmant « veiller à éviter de recourir trop fréquemment aux clashs, et aux scènes violentes ou empreintes de stéréotypés sexués ». Quant à Alexia Laroche-Joubert, elle compte bien se plaindre auprès de la destinatrice de ce document, la Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa. « On ne peut pas laisser un rapport, qui est partiel et partial, qui laisse à désirer, mettre à mal une émission de référence, qui est regardée par un enfant sur deux, avec des valeurs qui font que les petites filles peuvent s’apercevoir que quand on veut, on peut et on gagne  ! », conclut la productrice.

 
  • Face au coronavirus, soutenons nos héros

    Le personnel médical est mobilisé pour faire face à la pandémie : ici un transfert de patient à l’hôpital liégeois MontLégia.

    Des centaines de personnes, dans les hôpitaux et ailleurs, se mobilisent pour vaincre l’épidémie qui frappe notre pays. Envoyez-leur vos messages de soutien via votre magazine.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern