Hachette lâche Woody Allen et ses mémoires, rendant Stephen King «très mal à l’aise»

Hachette lâche Woody Allen et ses mémoires, rendant Stephen King «très mal à l’aise»
BelgaImage

Le vent n’aura pas tardé à tourner. A peine quelques jours après avoir rendu publique sa décision de publier les mémoires de Woody Allen, Hachette fait demi-tour. Tout est annulé et il n’est plus prévu de mettre sur le marché quoi que ce soit en rapport avec le réalisateur. Si le groupe d’édition ne donne pas d’explication concrète, cette décision répond clairement à une demande insistante de ses employés et d’une partie du public.

Un livre déjà classé comme « best-seller »

Le livre, intitulé « Apropos of Nothing » (et traduit comme « Soit dit en passant » en français), ne devait pourtant pas tarder à sortir. Sa publication était prévue pour le 7 avril aux USA et l’impression avait déjà commencé selon « Variety ». Il était même prévu qu’il fasse un vrai carton. Sur « Amazon », ses préventes étaient si importantes qu’il était déjà classé comme « best-seller », un mois avant sa sortie. Maintenant, tout cela appartient au passé, même si l’annulation de la sortie du livre dans d’autres pays doit encore être confirmée. Dans une interview à France-Inter, le président de « Stock », Manuel Carcassonne, qui devait assurer la publication française, avait assuré ne pas hésiter à distribuer le livre dans l’Hexagone.

Du côté d’Hachette, on a désormais un autre son de cloche. « La décision d’annuler le livre de M. Allen a été difficile [...]. Nous n’annulons pas de livre à la légère. Nous accordons une grande valeur à notre relation avec nos auteurs et nous continuerons à publier des livres difficiles et donner échos à une multitude de points de vue. La direction de Hachette a eu de longues discussions avec le personnel et d’autres. Après avoir écouté, nous sommes arrivés à la conclusion que maintenir la publication n’était pas faisable », déclare le porte-parole de Hachette.

Ses enfants applaudissent, Stephen King « très mal à l’aise »

Il faut dire que les pressions s’accumulaient sur les épaules de l’éditeur. Entre une manifestation d’une centaine de ses employés contre la publication, les protestations des enfants du réalisateur (dont Ronan Farrow qui publie lui aussi chez Hachette) et les protestations au sein du public, cela faisait beaucoup.

Dylan Farrow, fille de Woody Allen qu’elle accuse de l’avoir abusée sexuellement, a tenu à montrer sa « reconnaissance » envers ceux qui ont fait pencher la balance de son côté. « Pour quelqu’un qui s’est longtemps senti seul avec son histoire, la journée d’hier rappelle qu’on peut faire une différence quand les gens s’unissent pour ce qui est juste », dit-elle. Ronan Farrow lui a emboité le pas.

D’autre part, si on n’a pas encore de réaction du principal intéressé, Stephen King s’est exprimé sur Twitter contre la décision d’Hachette. « La décision d’Hachette de laisser tomber Woody Allen me met très mal à l’aise. Ce n’est pas lui, je me fiche de M. Allen. Ce qui m’inquiète, c’est qui sera muselé au prochain coup », écrit-il avant de poursuivre : « Si vous pensez que Woody Allen est un pédophile, n’achetez pas son livre. N’allez pas voir ses films ou assister à ses concerts de jazz au Carlyle. Votez avec votre porte-monnaie en le conservant fermé. C’est comme cela que l’on fait aux États-Unis ».

 
  • Face au coronavirus, soutenons nos héros

    Le personnel médical est mobilisé pour faire face à la pandémie : ici un transfert de patient à l’hôpital liégeois MontLégia.

    Des centaines de personnes, dans les hôpitaux et ailleurs, se mobilisent pour vaincre l’épidémie qui frappe notre pays. Envoyez-leur vos messages de soutien via votre magazine.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern