L’écrivain et militant russe Edouard Limonov est mort à l’âge de 77 ans

REUTERS - Denis Sinyakov
REUTERS - Denis Sinyakov

« Aujourd’hui, 17 mars, est mort à Moscou Edouard Limonov. Tous les détails seront transmis demain », a annoncé le parti « Autre Russie », fondé par Edouard Limonov, dans un message sur son site internet. Le député communiste Sergueï Chargounov a confirmé à l’agence de presse publique TASS que l’écrivain était décédé dans un hôpital moscovite, sans préciser les causes. « Jusqu’au bout, il gardait le contact et discutait. On pouvait lui écrire, il avait l’esprit clair », a ajouté Sergueï Chargounov.

En France, Edouard Limonov avait bénéficié d’un important regain d’attention après la parution en 2011 du roman biographique « Limonov » de l’écrivain Emmanuel Carrère. Entre fascination à l’égard de la personnalité provocante de l’écrivain russe et critique de ses engagements ultra-nationalistes, l’ouvrage avait été couronné du prix Renaudot.

Écrivain underground

Né en 1943 à Dzerjink, dans la région russe de Nijni Novgorod, Edouard Limonov, de son vrai nom Savenko, était né d’un père membre du KGB et avait grandi près de Kharkiv, en Ukraine. Ses premières œuvres remarquées sont des romans autobiographiques narrant son exil d’URSS, en 1974, vers les États-Unis, puis en France.

Le premier d’entre eux, « Le poète russe préfère les grands nègres », traduit en 15 langues, raconte ses désillusions au contact de la vie américaine et ses aventures homosexuelles dans les bas-fonds de New York. Dans les années 1980, Edouard Limonov, francophone, avait vécu à Paris et participé à des revues littéraires, se liant avec plusieurs figures montantes de la littérature.

Retourné en Russie dans les années 1990, après la chute de l’Union soviétique, cet auteur aux éternelles lunettes rondes -- à la Trotsky -- avait fondé un parti d’opposition « national-bolchévique », dont l’emblème fusionnait un drapeau nazi et un marteau et une faucille. Limonov avait également rejoint des groupes nationalistes pro serbes pendant la guerre de Bosnie, où il avait été filmé faisant feu à la mitrailleuse sur la ville assiégée de Sarajevo. Il avait également collaboré un temps avec l’idéologue russe d’extrême droite Alexandre Douguine.

Virage pro-kremlin

Arrêté en Sibérie en 2001, puis condamné en 2003 à quatre ans de prison pour détention illégale d’armes, Edouard Limonov avait bénéficié d’une libération conditionnelle au bout de trois mois. Après l’interdiction du parti national-bolchévique, en 2007, il avait créé « Autre Russie » et participé à de nombreuses manifestations réprimées par la police. Le parti avait compté un temps dans ses rangs l’opposant et champion d’échecs Garry Kasparov.

En 2012, la candidature de Limonov à l’élection présidentielle avait été rejetée par les autorités russes. Sa critique du pouvoir s’était toutefois mue en soutien au Kremlin après la révolution ukrainienne de 2014, qu’il avait vivement critiquée. Il avait par ailleurs soutenu l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par la Russie, la même année.

Devenu ensuite chroniqueur pour le journal pro-kremlin Izvestia, Edouard Limonov était apparu ces dernières années lors d’émissions et de débats politiques sur des chaînes d’Etat russes. Sur la messagerie russe Telegram, le député ultra-nationaliste Vladimir Jirinovski a regretté « une grande perte pour la culture russe, et pour nous tous ».

 
  • Pluto: 90 ans d’aventures avec Mickey

    Disney

    Le chien de Mickey Mouse, un Saint-Hubert… belge, faisait sa première apparition en 1930 dans un dessin animé. S’il ne parle pas et ne porte pas de vêtements, il devient le canidé le plus célèbre du cinéma d’animation mondial et l’un des six personnages préférés de l’empire Disney…

  • Un membre d’OceansAsia montre les masques ramassés sur une plage de Hong Kong. On en retrouve aussi dans nos rues.

    Covid-19: l’inquiétante pollution

    Conséquence immédiate de la pandémie : une montagne de déchets, faite de masques, d’emballages à usage unique, de lingettes ou de matériel médical.

  • LE RAPPEUR

    C’est bon pour le moral: Najib Bauwens, un professeur rappeur

    Dans cette nouvelle série, « Soir mag » met à l'honneur des gens, des actions, des discours à l’esprit positif en souhaitant que celui-ci se répande largement. Cette semaine : durant le confinement, Najib Bauwens a créé des vidéos ludiques de ses cours pour maintenir le lien avec ses élèves.

  • Belgaimage

    Découvrez les recettes de cuisine de Downton Abbey

    On a adoré la série, aimé le film et rêvé d’être invité à la table des personnages créés par le magicien Julian Fellowes. Pour nous permettre de nous en approcher, Annie Gray publie « Downton Abbey – Le livre de cuisine ». En voici trois recettes en exclusivité pour « Soir mag ».

Signé duBus
Signé Stéphane Bern