Covid-19: un Taiwanais parti en discothèque malgré sa quarantaine reçoit 31.000 € d’amende

Covid-19: un Taiwanais parti en discothèque malgré sa quarantaine reçoit 31.000 € d’amende
BelgaImage

C’est une soirée qu’il va grandement regretter ! Un habitant de Taipei, capitale de Taiwan, n’en pouvait plus de rester cloîtré chez lui et a brisé la quarantaine que les autorités lui ont imposée lors de son retour d’Asie du Sud-Est. Pris d’une grande envie d’aller danser, celui-ci s’est rendu en discothèque. Pas de bol pour lui, la soirée va tourner court.

Un dispositif sanitaire intraitable

Alors qu’il se réjouit de passer une bonne soirée, il tombe sur un contrôle de police. Ceux-ci découvrent le pot aux roses et ne manquent pas de lui faire de belles remontrances. Bilan de l’affaire : une amende d’un million de dollars taiwanais, soit près de 31.000 €. L’affaire a fait tellement de bruit qu’elle est remontée au niveau politique. « Les personnes surprises dans des endroits bondés et mal ventilés seront envoyées dans des centres de prévention des épidémies et écoperont d’une amende de 1 million TWD. Je n’aurai aucune indulgence », prévient le maire de Nouveau Taipei, Hou Yu-ih. Le contrevenant peut même s’estimer heureux : s’il avait pris les transports en commun, l’amende aurait été deux fois plus élevée !

L’île est connue en cette période de pandémie pour être particulièrement efficace contre le Covid-19. Bien que située tout près de la Chine continentale et partageant sa langue et sa culture, l’île ne compte en date du 23 mars 2020 que 195 cas et deux décès, soit bien moins que de nombreux pays européens.

Plusieurs facteurs expliquent cette particularité. Tout d’abord, le gouvernement taiwanais a mis en place un centre de commandement des crises sanitaires après l’épidémie de SRAS de 2003. Ensuite, le fait que la langue locale soit le mandarin a permis de prendre rapidement connaissance de la situation à Wuhan. Au tout début de l’épidémie, alors même que Wuhan n’était pas encore en quarantaine, Taipei se préparait déjà à réagir. La cellule de crise, déjà prête, a donc pu rapidement être activée. Cela a permis la production de masques et l’adoption de mesures préventives dans les milieux de la santé, de la communication et de l’économie. Enfin, les personnes revenant de pays touchés par le virus sont pistées grâce à leurs données mobiles et de géolocalisation.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern