À la télé ce soir: «Papy fait de la Résistance» ou «Moi, moche et méchant 2» (vidéos)

Belgaimage
Belgaimage

« Papy fait de la Résistance », à 21h00 sur France 2

En 1943, l’hôtel particulier d’une famille bourgeoise est réquisitionné par l’armée allemande, qui y loge le général Spontz, francophile, mélomane mais épris de ses aises. Toute la famille se retrouve reléguée à la cave. Chacun lutte à sa façon contre l’envahisseur, par exemple en cachant un soldat anglais…

« Moi, moche et méchant 2 », à 21h05 sur TF1

Lucy Wilde et Silas Ramsbottom, de la Ligue anti-méchants, convoquent Gru au siège central. Un nouveau méchant d’envergure, avide de domination, a été détecté. En tant qu’ancien méchant, Gru sait comment ces gens-là fonctionnent. La Ligue compte sur lui pour mettre Eduardo hors d’état de nuire…

Les étoiles de Dominique Deprêtre

« Le deuxième souffle », à 20h55 sur Arte – trois étoiles

de Jean-Pierre Melville (1966)

L’auteur du « Doulos » dut batailler ferme pour pouvoir adapter le best-seller de José Giovanni, car Denys de la Patellière et Jean Gabin étaient aussi sur le coup ! L’un des meilleurs films de gangsters de l’histoire.

« Moi, moche et méchant 2 », à 21h05 sur TF1 – trois étoiles

de Pierre Coffin et Chris Renaud (2013)

Flanqué d’une espionne qui l’aimait en renfort de ses quatre gosses et des mignons Minions, Gru vole bien malgré lui au secours de la planète menacée par les délires d’un dangereux mégalo. Même avec un œil dans le cas précis de certaines des créatures susmentionnées, on lorgne vers un certain 007 en personne. Toujours aussi drôle et savoureux.

« Peur sur la ville », à 21h05 sur C8 – trois étoiles

de Henri Verneuil (1974)

À une époque où les effets spéciaux étaient encore assez rudimentaires, il fallait exécuter de fameuses cascades. Jean-Paul Belmondo en était un vrai spécialiste, comme le démontre en particulier cet ouvrage, écrit par le réalisateur lui-même. Du grand cinéma des années septante.

« 36 quai des Orfèvres », à 22h50 sur France 2 – trois étoiles

d’Olivier Marchal (2004)

Le grand retour du polar à la française, grâce à un auteur qui a été lui-même flic à la PJ de Versailles, et un superbe duel entre deux monstres sacrés, Daniel Auteuil et Gérard Depardieu. Le comble est qu’en dépit de huit nominations, l’ouvrage n’a décroché aucun César, devant se contenter du Prix Jacques Deray, créé deux ans plus tôt à la mort du réalisateur de « Borsalino ».

« Le tatoué », à 20h00 sur Club RTL – deux étoiles

de Denys de la Patellière (1968)

Selon le témoignage du réalisateur lui-même, le tournage de cette comédie policière mouvementée fut un vrai calvaire en raison du comportement tyrannique de… la femme de Louis De Funès, ce que Jean Gabin apprécia naturellement fort peu. Cet état d’esprit eut pourtant, selon toute vraisemblance, un effet bénéfique sur le comportement du dernier nommé, qui ne devait produire aucun effort pour jouer les grands courroucés.

 
  • Johnny Hallyday et Catherine Deneuve: une folle passion cachée

    Catherine Deneuve et Johnny Hallyday en 1962.

    Un pacte d’amour secret et préservé : « Qu’est-ce qu’elle a de tellement exceptionnel Catherine Deneuve ? Elle a ce que les autres n’ont pas ». Voilà ce que répondait Johnny à son ami Gilles Lhote à propos de sa mystérieuse « Lady Lucille ».

Signé duBus
Signé Stéphane Bern