Accueil Actu Soirmag

Retranscrire le coronavirus en musique pour le combattre ? (son)

Un chercheur du Massachusetts Institute of Technology (MIT) a converti la composition des protéines du coronavirus pour en faire une partition musicale. L’idée, si elle semble a priori étrange, se veut pourtant utile pour lutter contre le Covid-19.

Temps de lecture: 2 min

La musique adoucit les mœurs, dit-on. Fait étonnant : cette expression s’applique également pour… le Covid-19 ! C’est en tout cas l’idée de Markus Buehler, ingénieur au MIT. Spécialisé dans l’utilisation de la modélisation informatique dans le cadre de la biologie, il a eu l’idée de retranscrire la structure des protéines du coronavirus pour en faire une chanson de presque deux heures. La partition, assez douce, se veut aussi être d’utilité publique.

Une mélodie pas si futile qu’il n’y paraît

Créer cette étrange retranscription n’est pas si difficile qu’il n’y paraît. Avec une technique de sonification, Markus Buehler et ses collègues ont donné une note à chaque acide aminé des protéines du coronavirus, reproduit les variations de forme et les vibrations moléculaires des protéines. Un petit peu d’intelligence artificielle pour faire le travail et voilà le résultat !

Mais que l’on ne s’y trompe pas : il ne s’agit pas simplement de transformer ce satané virus en une jolie partition. La sonification permet de faire ressortir des détails de sa composition qui ne sont que très difficilement observables autrement. « Nous pensons que l'analyse du son et de la musique peut nous aider à mieux comprendre le monde matériel. L'expression artistique n'est, après tout, qu'un modèle du monde en nous et autour de nous. Nous aurions besoin d'un microscope de grande puissance pour voir les détails équivalents dans une image, et nous ne pourrions jamais tout voir en même temps », explique Markus Buehler. Cette technique de sonification est d’ailleurs aussi utilisée pour d’autres usages, comme la mise en son d’un séisme sur Mars par la NASA.

Cela permettrait donc d’en savoir plus sur le virus, voire de déceler des indices qui permettraient de le combattre. « Nous pourrions rechercher une nouvelle protéine qui correspond à la mélodie et au rythme d’un anticorps capable de se lier à la protéine de pointe, interférant avec sa capacité à infecter », développe Markus Buehler.

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une