À la télé ce soir : « Sicario : la guerre des cartels » et « Le mystère des géants disparus »

À la télé ce soir : « Sicario : la guerre des cartels » et « Le mystère des géants disparus »
DR

RTL-TVI propose ce soir une fiction haletante qui plonge le téléspectateur dans les cartels mexicains. Pour ceux qui aiment l’exotisme, France 5 diffuse quant à lui un documentaire impressionnant sur les grands animaux qui ont peuplé la Terre après les dinosaures, du serpent version XXL au paresseux géant.

« Sicario : la guerre des cartels », à 20h30 sur RTL-TVI

Le gouvernement américain veut se débarrasser des cartels mexicains qui font la loi entre le Mexique et les Etats-Unis. L'agent Graver est chargé de les éradiquer. Pour mener à bien sa mission, il veut faire équipe avec Alejandro qui doit enlever Isabela Reyes, fille du baron d'un des plus gros cartels...

« Le mystère des géants disparus », à 20h50 sur France 5

Après la disparition des dinosaures, la Terre a été peuplée pendant 60 millions d'années par des animaux géants étonnants. Grâce aux dernières technologies ou en s'inspirant des animaux actuels, quatre scientifiques parmi les plus réputés tentent de se représenter ces géants disparus de manière toujours plus précise. Forts de cette connaissance, ils ont accepté de prolonger l'expérience et d'être projetés dans le passé pour vivre une rencontre virtuelle avec les animaux qu'ils étudient : le Titanoboa, un serpent de plus de douze mètres de long, le Balouchitère, un rhinocéros qui peut atteindre huit mètres de haut et peser vingt tonnes, le Mégalodon, un requin gros comme un autocar et le Mégatherium, un paresseux géant aussi grand qu'un éléphant.

Les étoiles de Dominique Deprêtre

« La nuit nous appartient », à 20h55 sur 13eme Rue - Trois étoiles

Révélé par l’admirable « Little Odessa » voici près de vingt ans déjà, l’auteur a repris Joaquin Phoenix et Mark Wahlberg, deux acteurs qu’il avait déjà placés côte à côte dans « The Yards ». Ils y incarnent deux frères ayant suivi des routes différentes et contraints de collaborer pour démanteler un trafic de drogue contrôlé par la mafia russe. Les scènes d’anthologie se succèdent au rythme d’une progression dramatique sensationnelle : l’un des tout grands polars typiquement US de ce début de siècle.

« Gravity », à 21h15 sur TMC – Trois étoiles

Invité surprise de la saga « Harry Potter », l’auteur des « Fils de l’homme » a bluffé la planète entière avec ce drame spatial d’un couple d’astronautes dont la navette est détruite sur orbite à plusieurs centaines de kilomètres d’altitude. On ne parle plus ici de science-fiction mais d’un authentique voyage dans l’espace en temps réel, d’un réalisme total. Le comble est que cette œuvre d’allure minimaliste à cent millions de dollars a l’air si simple qu’on se demande comment personne n’y avait pensé auparavant. Un coup de génie abondamment… étoilé partout et récompensé par sept Oscars dont celui du meilleur réalisateur.

« Aux yeux de tous », à 22h55 sur 13eme Rue - Trois étoiles

Le remake US de l’excellent « Secreto de sus ojos » de l’Argentin Juan José Campanella qui remporta l’Oscar 2010 du meilleur film en langue étrangère. C’est le brillant scénariste des « Mission évasion », « Jeux de pouvoir » et « Hunger Games » qui en signe l’adaptation et la mise en scène.

« Wonder », à 21h05 sur France 3 - Deux étoiles

L’émouvante adaptation d’un « best-seller » éponyme de la New-Yorkaise R. J. Palacio qui s’est vendu à cinq millions d’exemplaires dans une cinquantaine de pays doit tout à ses jeunes interprètes emmenés par Jacob Tremblay, le prodige révélé deux ans plus tôt par « Room ».

« Les visiteurs 2 : les couloirs du temps », à 21h05 sur TF1 - Deux étoiles

Valérie Lemercier a refusé de tourner la suite de la comédie à succès sortie cinq ans plus tôt. Laquelle est moins fringante et n’engendra pas de nouveau prolongement à l’époque, « Les visiteurs en Amérique » n’étant qu’un remake destiné au public US. Le fameux « vrai » numéro trois est finalement sorti en 2015 sous des quolibets pas vraiment mérités.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern