«Happy End»: avec une jeune Mouscronnoise

Un instantané caustique et sans concessions d’une famille bourgeoise européenne.
Un instantané caustique et sans concessions d’une famille bourgeoise européenne. - Arte

La famille Laurent est, à elle seule, une institution à Calais, où son entreprise de travaux publics a fait fortune. Pourtant, ses membres sont déchirés par divers problèmes. Devenu veuf, le grand-père a perdu le goût de la vie. Sa fille Anne, qui lui a succédé aux affaires, se désespère face à l’attitude irresponsable de son fils. Elle ne peut guère compter sur son frère Thomas, médecin de renom, et envisage d’épouser son juriste anglo-saxon dans le but de revendre avantageusement la société. C’est dans ce contexte à la fois conflictuel que débarque Eve, la fille de Thomas, dont la mère...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète
  • Il y a 80 ans: la Belgique occupée

    Les soldats de la Wehrmacht hissent le drapeau nazi sur le toit du château royal de Laeken.

    Après la campagne des 18 jours, notre pays est envahi par l’armée allemande. D’abord effrayée, la population se fait peu à peu à l’idée d’intégrer un Reich censé durer 1.000 ans... Et ne manquez pas la suite de notre série : le 7 octobre, la Résistance. Le 15 octobre, la Collaboration.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern