Joël Dicker: «Je travaille sans plans et sans notes»

Joël Dicker: «Je travaille sans plans et sans notes»
J. Spierer

L’écrivain, qui offre plus d’un point commun avec le jeune romancier suisse (35 ans le 16 juin), séjourne au Palace de Verbier et se met à enquêter sur une affaire restée mystérieuse. Elle a eu pour décor la chambre 622. Un meurtre y a été commis. Qui était la victime et, forcément, l’assassin ? Avec un talent découvert dans « La vérité sur l’affaire Harry Quebert » et jamais démenti par la suite, Joël Dicker nous emmène dans une cavalcade entre suspense, intrigues, amours, magouilles bancaires et paysages enneigés, ceux de son pays natal. À dévorer d’urgence !...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète
Signé duBus
Signé Stéphane Bern