Surfons tranquille: le Revenge Porn plus sévèrement condamné

Belgaimage
Belgaimage

Une situation qui, dans certaines familles, a eu comme conséquence de la violence conjugale. Des conflits qui ont pu aussi provoquer des situations de harcèlement via, par exemple, des publications sur les réseaux sociaux d’une photo sexy ou d’une vidéo un peu chaude. Dans notre pays, l’article 371/1 du Code pénal permet la poursuite de l’auteur de la diffusion d’enregistrement visuel ou audio dans lequel figure une personne dénudée ou se livrant à une activité sexuelle explicite si la personne n’a pas donné son accord ou que c’est diffusé à son insu. La peine encourue sera de six mois à...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète
Signé duBus
Signé Stéphane Bern