Premier jour de l’interdiction du smartphone en marchant dans une ville japonaise

Les voyageurs arrivant à la gare de Yamato étaient accueillis par des messages sur des bannières annonçant qu’il était désormais interdit de consulter son smartphone en marchant sur la voie publique et dans les parcs de la ville, a constaté l’AFP sur place. « L’usage des smartphones en marchant est interdit. Veuillez utiliser vos smartphones après avoir cessé de marcher  » avertissait une voix féminine enregistrée, à proximité d’hommes, masques chirurgicaux sur le visage, tenant en silence les bannières.

Cette interdiction adoptée fin juin par la municipalité ne prévoit toutefois pas de sanctions à l’encontre des récalcitrants. Les autorités locales comptent plutôt sur des campagnes d’information pour la faire respecter. Peu de personnes rivées sur leurs écrans de smartphones tout en se déplaçant étaient visibles mercredi dans les rues de Yamato, mais une pluie battante y était sans doute pour quelque chose.

Kenzo Mori, un habitant de Yamato âgé de 64 ans, saluait l’initiative de la municipalité. « Je vois souvent des gens qui utilisent leurs portables en marchant. Ils ne font pas attention à leur environnement. Les personnes âgées n’arrivent pas toujours à les éviter  », a-t-il déclaré à l’AFP. Arika Ina, 17 ans, jugeait aussi cette habitude dangereuse mais s’interrogeait sur la nécessité de l’interdire formellement. « Je ne pense pas que l’on ait besoin d’un texte pour l’interdire. On peut éviter (ce comportement, NDLR) en étant simplement plus attentionné envers les autres  », a-t-elle estimé.

AFP

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern