Un pigeon avec une aiguille dans le crâne sauvé après avoir été victime d’un «barbare»

Un pigeon avec une aiguille dans le crâne sauvé après avoir été victime d’un «barbare»
Capture d’écran Facebook

L’histoire est à la fois effrayante et choquante. Mi-juin, une rumeur étrange circule à Monza, dans la banlieue nord de Milan. Un pigeon avec une aiguille traversant de part en part son crâne a été repéré dans un des parcs de la ville. La nouvelle arrive aux oreilles de Said Beid, un dresseur canin de la région, qui se donne alors pour mission de le capturer pour le sauver d’une mort certaine.

Une « cruauté absolue »

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce sauvetage n’a pas été facile. Comme le raconte Said Beid au « Corriere della Sera », il est resté plusieurs jours dans le parc afin de pouvoir mettre la main sur le malheureux pigeon. « Un après-midi j'ai construit deux cages, j'ai attendu que les autres animaux s'éloignent et quand j'ai vu "mon ami" descendre de l'arbre, j'ai mis de la nourriture dans la cage et j'ai réussi à le capturer », explique-t-il.

Said Beid l’emmène alors à une clinique vétérinaire pour tenter d’enlever l’objet qui fait 9 centimètres de long. De toute évidence selon les sauveteurs de l’animal, une personne d’une « cruauté absolue » est responsable de ce fait. Si un œil est touché, les fonctions vitales du cerveau ont été « miraculeusement » épargnées.

« Aujourd'hui, j'ai réussi à le récupérer, afin qu'il puisse être guéri et puisse revenir gratuitement en espérant que de tels accidents ou, si nous voulons, de telles atrocités ne se produiront plus », a écrit Said Beid sur Facebook. Depuis, comme le montre en vidéo la clinique qui a réussi à retirer l’aiguille après une opération délicate, le pigeon a été relâché dans le parc, prenant immédiatement son envol comme si de rien n’était.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern