Accueil Culture

Pinocchio: l’œuvre évoque à la fois Tim Burton et les films italiens des années 70

Soir mag critique les sorties cinéma du moment.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Pinocchio - trois étoiles

Menant une vie de misère, le menuisier Geppetto sculpte une marionnette parfaite qui lui permettrait de gagner un peu d’argent. Mais fait d’une bûche enchantée, le pantin prend vie et Geppetto en fait son fils. Las, le gamin de bois ne pense qu’à sécher l’école et à découvrir le monde. Sa naïveté va l’entraîner dans des mésaventures peuplées de créatures imaginaires… Cela faisait longtemps que Matteo Garrone (« Gomorra », « Dogman »…) voulait adapter les aventures du célèbre menteur. Sa version baroque, proche des récits originels, porte sa touche avec, au-delà du conte, un portrait de l’Italie des pauvres hères (ses héros de prédilection). Parsemée de créatures fantasmagoriques (avec plus de make-up et de marionnettes que de digitalisation), l’œuvre évoque à la fois Tim Burton et les films italiens des années 70 comme « Affreux, sales et méchants ». Attention : le film risque d’effrayer les enfants en dessous de 8 ans.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs