«On n’est pas couché»: la tension monte entre Laurent Ruquier et la productrice Catherine Barma

Belgaimage
Belgaimage

Le 4 juillet dernier, Laurent Ruquier présentait la dernière émission d’« On n’est pas couché », programme diffusé depuis quatorze ans sur France 2. Mais à l’annonce de l’arrêt de l’émission, sa productrice Catherine Barma n’a pas caché sa rancœur envers l’animateur. Elle lui demande en effet de prendre en charge une partie des indemnités de licenciement des salariés concernés par la suppression du programme, rapporte 20 Minutes. Ce que Laurent Ruquier refuse.

Il s’est d’ailleurs exprimé à ce sujet lors d’une interview au magazine du Monde, M, estimant que le comportement de son ancienne collaboratrice est hypocrite et lâche. « Elle me demande de partager le coût de licenciement d’un personnel pléthorique dont je n’ai jamais demandé à ce qu’il soit engagé, hormis trois d’entre eux ! Elle fait même travailler des membres de sa famille ! Est-ce ma faute si ce sont mes idées qui ont permis à sa société de juteusement fructifier ? Est-ce de ma faute si les autres émissions qu’elle a produites ne sont plus à l’antenne ? Est-ce à moi de supporter les frais d’une société de production incapable de proroger d’autres émissions que celles que j’anime ? J’aurais dû croire Frédéric Lopez et Thierry Ardisson : avec elle, ça ne peut que mal se terminer  », a expliqué l’animateur.

En colère, Laurent Ruquier a bien l’intention de ne pas se faire avoir et il se dit prêt à régler le problème devant un juge si besoin. « Au bout de ces vingt ans, j’aurais aimé pouvoir lui dire merci. Son hypocrisie, sa lâcheté, sa vénalité m’en empêchent. Si elle souhaite qu’un jour la justice s’en mêle, nous réglerons ça devant les tribunaux  », a conclu l’animateur.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern