Fête nationale: le prince Laurent fait gaffe sur gaffe avec les mesures de sécurité sanitaire

Fête nationale: le prince Laurent fait gaffe sur gaffe avec les mesures de sécurité sanitaire
BelgaImage

Difficile d’accomplir correctement ses devoirs de tête couronnée en pleine crise sanitaire ! Manifestement, c’est ce que vient d’expérimenter le prince Laurent pour ce 21 juillet. Comme le fait savoir « Het Laatste Nieuws », celui-ci a commis plusieurs erreurs, notamment lors de son passage à Anvers pour la fête nationale et surtout vis-à-vis du port du masque.

Pas l’exemple à suivre

Si le prince Laurent a bien pensé à prendre son masque, contrairement à une ministre française lors du 14 juillet une semaine plus tôt, il a eu quelques soucis avec celui-ci. Premier problème : son masque ne couvrait que sa bouche, pas son nez. Autrement dit, il ne servait à rien puisqu’une telle utilisation ne permet pas d’éviter la propagation du Covid-19. Que ce soit lors des célébrations à Bruxelles ou à Anvers, il commet la même erreur. « Het Laatste Nieuws » note d’ailleurs qu’à Bruxelles, son masque était manifestement à l’envers.

Une fois arrivé à Anvers, les écarts par rapport aux mesures sanitaires continuent. Le journal néerlandophone remarque en effet que le prince porte alors un masque en plastique ou anti-éclaboussures mais pas un qui se conformerait aux normes approuvées par le SPF Santé. Enfin, une fois dans la cathédrale, ce sont d’autres comportements du prince qui ont frappé les observateurs. Celui-ci n’aurait ainsi pas respecté les recommandations en termes de distanciation sociale. Pire : lors du Te Deum, il se permet d’embrasser plusieurs fois l’évêque d’Anvers, Johan Bonny. Bref, en termes de sécurité sanitaire, le prince a fait moins bien qu’espéré.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern