Une université allemande organise un concert de 4.000 personnes pour étudier la propagation du coronavirus

Une université allemande organise un concert de 4.000 personnes pour étudier la propagation du coronavirus
©Pexels

Des scientifiques de l’université Martin-Luther de Halle-Wittemberg recherchent actuellement des bénévoles pour une expérience un peu particulière, nommée Restart-19. En accord avec le ministère des Sciences de Saxe, ils vont organiser un concert avec plus de 4.000 personnes, toutes bénévoles, dans le but d’étudier les conditions dans lesquelles doivent s’organiser de tels événements, en période de pandémie, sans risquer de mettre en danger la population. L’objectif est d’établir de nouvelles normes qui permettraient de mettre sur pied des événements culturels ou sportifs qui rassembleraient, en intérieur, « suffisamment de personnes pour ne pas faire de pertes financières », a expliqué Stefan Moritz, coordinateur du concert et responsable des maladies infectieuses à l’hôpital universitaire de Halle, au Guardian. Actuellement, en Allemagne, les rassemblements pour les grands événements ne peuvent compter plus de 1.000 personnes.

Trois scénarios

La simulation de concert sera la plus réaliste possible, car le chanteur Tim Bendzko se produira sur scène devant les 4.200 bénévoles, au Quarterback Immobilien Arena à Leipzig, comme lors d’un vrai spectacle. Tous les spectateurs seront auparavant testés au coronavirus, et devront tous être négatifs pour faire partie de l’expérience.

Trois scénarios dfférents seront expérimentés. Dans le premier, le concert se déroulera comme tous les concerts avant la pandémie. Le scénario 2 prévoit que les bénévoles soient soumis à un protocole d’hygiène optimisé et soient plus espacés les uns des autres. Enfin, dans le troisième scénario, une distance de 1,5m sera maintenue entre les spectateurs, qui ne seront plus que 2.000 dans la salle.

Pour le moment, 1.075 personnes se sont déjà inscrites pour l’expérience sur le site Restart19, sur les 4.200 bénévoles attendus. L’inscription est évidemment gratuite.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.