Grâce à une téléspectatrice attentive, cette journaliste américaine découvre qu’elle a un cancer

Capture d’écran - Instagram
Capture d’écran - Instagram

« Si elle ne m’avait pas contactée, je n’aurais jamais appelé mon médecin », évalue Victoria Price, journaliste pour la chaîne américaine WFLA. L’Américaine évoque le message d’une téléspectatrice qui l’a contactée par mail après avoir remarqué un détail physique chez la journaliste en juin dernier. « Elle a vu une grosseur dans mon cou et elle disait que ça lui faisait penser à la sienne. Sa grosseur était un cancer. On a découvert que la mienne aussi », relate Victoria Price sur son compte Instagram, qui va quelque peu s’éloigner de son boulot de reporter pour se soigner après avoir couvert la crise du coronavirus.

Une bienveillance qui a permis à la journaliste de prendre rapidement les choses en main, comme l’épingle Sudinfo : « Si je n’avais pas reçu ce mail, je n’aurais jamais été voir mon médecin. Le cancer aurait continué de se répandre. C’est une idée effrayante ». Le cancer de la thyroïde de Victoria Price se propageait depuis son cou et nécessitait une intervention chirurgicale pour le retirer : « Je serai éternellement reconnaissante envers cette femme qui a pensé à m’envoyer un mail alors qu’on ne se connaissait pas. Elle n’avait aucune obligation de le faire mais elle l’a quand même fait ».

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern