La surface de Mars se dévoile dans une vidéo en ultra-haute définition

La surface de Mars se dévoile dans une vidéo en ultra-haute définition
BelgaImage

En ce mois de juillet, Mars a été au cœur de l’actualité. En quelques jours, le monde entier a eu les yeux tournés vers les missions spatiales à destination de la voisine de la Terre. Pour marquer le coup, une chaîne documentaire sur Youtube a sauté sur l’occasion pour produire une vidéo sur la planète rouge. Pour cela, elle a récupéré les photos issues des rovers de la NASA qui se sont successivement posés sur celle-ci, à savoir les robots Spirit (2004-2010), Opportunity (2004-2019) et Curiosity (2012-aujourd'hui).

Un effort de restitution d’images impressionnant

Grâce au corpus d’images récoltées, la vidéo est à couper le souffle, et pas seulement parce que l’on part à la découverte de paysages martiens intrigants. Les clichés sont en réalité des panoramas en ultra-haute définition, ce qui permet vraiment de s’immerger dans ces contrées rocheuses lointaines. « C'est la première fois que des images de Mars sont rendues dans une résolution 4K époustouflante », fait savoir le concepteur de la vidéo.

Pendant plus de 10 minutes, le spectateur découvre des espaces à la fois semblables et différents : une plaine plate, un cratère… Dans un des panoramas montrés, plus de 1.000 photos ont été assemblées pour donner ce résultat, soit 1,8 milliard de pixels. Le narrateur profite de la vidéo pour renseigner sur quelques éléments importants des découvertes faites sur Mars, comme le fait que l’on trouve de l’argile (signe de la présence d’eau).

Ce petit documentaire a fait fureur sur le net. Un peu plus d’une semaine après sa publication sur Youtube, il a récolté près de 6,5 millions de vues.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern