Grace, 15 ans: en prison aux États-Unis depuis plus de deux mois pour n’avoir pas fait ses devoirs (vidéo)

Capture d’écran - Twitter
Capture d’écran - Twitter

« Libérez-la », écrit Hillary Clinton sur Twitter. L’ancienne candidate à la Maison-Blanche s’inquiète de la situation de Grace, 15 ans et surnommée ainsi pour lui permettre de garder l’anonymat que requiert son âge. La personnalité politique américaine n’est pas la seule marque de poids à afficher son soutien à l’adolescente emprisonnée dans le comté d’Oakland, près de Detroit, pour n’avoir pas rendu ses devoirs en ligne, comme l’exige la situation de crise sanitaire liée au coronavirus.

Le 20 juillet, Mary Ellen Brennan a confirmé la sentence et refuse la mise en liberté de Grace après une audience de trois heures ponctuée d’une phrase qui ne flaire pas la sortie immédiate, comme le pointe le Huffington Post qui consacre un article à cette polémique qui prend de plus en plus d’ampleur : « Donnez-vous une chance d’aller au bout et d’enfin terminer quelque chose dans votre vie… ». La jeune Américaine, elle, déclarait comme le signalent plusieurs médias américains : « Ma mère me manque. Je peux me contrôler. Je peux être obéissante ».

Centre de détention pour mineurs

Pour comprendre cette controverse, il faut remonter au mois de novembre 2019. La mère de Grace porte plainte contre elle après une altercation physique. Une seconde plainte pour vol suit. En avril 2020, nos confrères français notent que la jeune fille de 15 ans est condamnée à une mise à l’épreuve durant laquelle elle se doit d’être exemplaire.

Quelques semaines plus tard, le travailleur social en charge de la surveillance de l’adolescente constate qu’elle ne s’est pas réveillée à temps pour suivre les cours à distance du Groves High School et qu’elle n’a pas rendu ses devoirs en ligne. Pour le juge en charge du dossier, la sentence est limpide : Grace est incarcérée dans un centre de détention pour mineurs pour n’avoir pas respecté les règles de mise à l’épreuve.

« Si elle avait été blanche… »

Ce dimanche 26 juillet, le Huffington Post annonçait que Grace était en prison depuis 73 jours. Au moment d’écrire ces lignes, le compteur est donc à 74. Côté américain, certains dénoncent une situation abracadabrantesque et un exemple fort de « racisme systémique de l’univers carcéral américain dans lequel les mineurs en particulier n’ont aucun moyen de se faire entendre », comme l’écrivent nos confrères. Grace est une adolescente noire souffrant de troubles importants de l’attention. (Trop) sévèrement punie par la justice américaine pour un simple oubli alors que les circonstances sont exceptionnelles en raison de la crise sanitaire et mondiale liée à la pandémie de Covid-19.

Avant cette oubli notifié par le travailleur social, Grace s’était montré irréprochable, ne manquant aucune leçon et ne faisant preuve d’aucune violence envers sa mère, comme cette dernière l’a elle-même confirmé. Résultat, l’affaire inquiète au plus haut niveau. La députée démocrate du Michigan Deebie Dingell s’est insurgée lors d’une interview accordée à MSNBC : « Si elle avait été blanche, je me demande si le juge aurait agi de la même manière ». D’autres membres de la Chambre des représentants ont regretté cette détention. Autant d’appui de taille qui pourrait permettre à la jeune fille de regagner sa liberté. Pour l’heure, Grace en toujours coincé en cellule mais la mobilisation locale et nationale grandit. « Free Grace » en guise de slogan. Une pétition a par ailleurs vu le jour : elle a déjà été signée par près de 215.000 personnes.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern