À la télé ce soir: «Dalida» ou «Chacun sa vie» (vidéos)

D.R.
D.R.

Dalida, à 21h05 sur TF1

Née en 1933, Dalida est issue d'une famille italienne installée en Egypte. Exilée en France, elle connaît une ascension fulgurante avec un premier Olympia en 1956. En 1961, elle épouse Lucien Morisse, patron d'Europe n°1. Elle le quitte et poursuit sa carrière triomphale, grâce à son frère Orlando...

Chacun sa vie, à 21h05 sur France 2

Stéphane veut divorcer de Nadia, Samuel cherche à se réconcilier avec Jessica. Une prostituée confie à son client, le président d'une cour d'assises, qu'elle veut écrire ses mémoires. Un commissaire reçoit la visite de Johnny Halliday qui porte plainte contre un sosie qui lui cause du tort...

Les étoiles de Dominique Deprêtre

Le fabuleux destin d’Amélie Poulain, à 21h sur Arte - Quatre étoiles

de Jean-Pierre Jeunet (2000)

Il aura fallu cet énorme triomphe populaire pour que le génie de Jeunet éclate enfin ! C’est le film français contemporain de tous les superlatifs par excellence, réunissant originalité du script et du ton, humour et romantisme, éclat de la mise en scène et richesse des dialogues.

Dalida, à 21h05 sur TF1 - Trois étoiles

de Lisa Azuelos (2016)

Après son sympathique « LOL » et sa « Rencontre » exploitant les charmes indubitables de Sophie Marceau, la fille de la regrettée Marie Laforêt s’est penchée sur la tragique destinée de Dalida. Au terme d’un long travail de préparation avec Orlando, le frère de la chanteuse et gardien de sa mémoire, le projet s’est surtout accéléré grâce à la découverte d’une aspirante actrice romaine de 32 ans nommée Sveva Alviti dont la ressemblance avec la « prima donna » de « Gigi l’amoroso » est hallucinante ! Le récit non chronologique y gagne naturellement en crédibilité.

Chacun sa vie, à 21h05 sur France 2 - Deux étoiles

de Claude Lelouch (2017)

Le film choral lelouchien dans toute sa splendeur ! On aime ou on déteste, certes, mais en tout état de cause on pardonne, s’agissant en effet de l’ultime tournage de Johnny Hallyday, dans son propre rôle mais aussi dans celui de son… parfait sosie. Un dernier clap entre émotion et dérision, et très « rock’n’roll » aussi !

The Warriors Gate, à 21h05 sur France 4 - Deux étoiles

de Matthias Hoene (2016)

Orchestrée par Luc Besson, cette spectaculaire coproduction franco-chinoise prioritairement destinée aux ados suit les traces du « Royaume interdit » de 2008. Pas de Jackie Chan ni de Jet Li pour initier le jeune Uriah Shelton, véritable champion de taekwondo, opposé au champion de… catch Dave Bautista.

Le ciel attendra, à 23h00 sur France 2 - Deux étoiles

de Marie-Castille Mention-Schaar (2016)

Après son sympathique « Bowling » et ses « Héritiers » ré-enseignant la Shoah en milieu défavorisé, l’ex-journaliste tente de comprendre comment des adolescentes peuvent tomber dans le piège de la radicalisation djihadiste. Mission réussie au terme d’un récit très didactique. On devine qu’il s’agit d’une fiction qui ne l’est pas vraiment.

 
  • Le tueur n’a laissé aucune chance à Xavier Baligant. «
Malchance
» ou assassinat
?

    Meurtre de Xavier Baligant: un mystérieux SMS pour résoudre ce cold case?

    Été 2011 : Xavier Baligant est tué sur une aire d’autoroute française. Depuis, les enquêteurs font chou blanc. L’avocat de la famille demande une nouvelle expertise du téléphone de la victime, le dernier message reçu pouvant être un rendez-vous avec son meurtrier.

  • Même soutenu par Barack Obama, Joe Biden n’enflamme pas les foules américaines... mais les rassure.

    Joe Biden: nouveau cap pour l’Amérique?

    En tête dans les sondages, le candidat démocrate semble bien placé à 90 jours de l’élection présidentielle du 3 novembre. Plus posé mais aussi plus fade que Donald Trump.

  • OUVERTURE 20200707 Frou-frou Seine-4853

    Christine Bravo: «Ma vie au fil de l’eau»

    Christine Bravo se raconte au fil de l’eau, à bord du « Frou-Frou », un bateau qu’elle a rénové et sur lequel elle organise des croisières thématiques. De nos envoyées spéciales à Paris, Sophie Lagesse (texte) et Ingrid Otto (photos).

Signé duBus
Signé Stéphane Bern