Valérie Trierweiler licenciée de Paris Match: «Cela me laisse en état de choc»

Valérie Trierweiler licenciée de Paris Match: «Cela me laisse en état de choc»
BelgaImage

L’annonce a fait l’effet d’une petite bombe au sein du monde journalistique français. L’une de ses représentantes les plus connues, l’ancienne femme du président François Hollande, a été remerciée par le magazine pour lequel elle travaillait, Paris Match. C’est via Twitter que Valérie Trierweiler a annoncé la nouvelle. Par la même occasion, elle n’a pas manqué de faire connaître son mécontentement face à une décision qu’elle considère être injustifiée.

« Aucun motif valable »

C’est ainsi que dans son tweet, l’ancienne Première Dame aujourd’hui âgée de 55 ans s’est insurgée contre son licenciement : « J'ai appris en plein cœur de l'été et pendant mes congés de façon extrêmement brutale mon licenciement de Paris Match où je travaillais depuis trente ans. Ce licenciement sans aucun motif valable me laisse en état de choc et de sidération », écrit-elle.

D’après le Parisien, elle ne devrait cependant pas être la seule à avoir cette mauvaise surprise. Frappé de plein fouet par la crise du Covid-19, Paris Match aurait vu fondre ses revenus publicitaires. Conséquence : d’autres journalistes seront probablement eux aussi renvoyés.

Avec Valérie Trierweiler, le magazine se sépare d’une de ses figures phares. Elle y travaillait depuis 1989, avec un passage du service politique à celui culturel lorsque François Hollande est devenu premier secrétaire du PS en 2005. En 2012, l’accession à la présidence de la France de ce dernier a aussi provoqué le départ de Valérie Trierweiler des émissions de Direct 8 (aujourd’hui C8) auxquelles elle participait.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern