12 Coups de Midi : Paul dévoile son autobiographie, destinée à « inspirer les personnes avec autisme »

12 Coups de Midi : Paul dévoile son autobiographie, destinée à « inspirer les personnes avec autisme »
Capture d’écran TF1

L’année dernière, il a suscité l’enthousiasme des téléspectateurs, jusqu’à sa 152e victoire, avant de chuter et de quitter le programme de la première chaîne française. Aujourd’hui, Paul El Kharrat a décidé de mettre à profit sa popularité pour défendre un projet qui lui tient à cœur : la sensibilisation de l’opinion publique vis-à-vis de l’autisme. Il fait d’ailleurs de ce combat le titre de son autobiographie, « Ma 153e victoire », en librairie ce vendredi. L’occasion de faire un peu le point sur son aventure et sur sa vie.

« Donner de l’espoir aux familles »

Invité sur le plateau de Thomas Sotto, sur RTL, celui qui était surnommé « Wiki Paul » ne regrette pas du tout d’avoir participé aux 12 Coups de Midi. « À la différence d'autres autistes, je n'ai pas de problèmes psychomoteurs. Il y a des choses que j'aurais aimé oublier, et qui restent gravées dans ma mémoire. Mais cette mémoire m'a aussi permis de me souvenir d'énormément de choses et de faire 153 émissions […] Moi j'étais psychologiquement adapté pour rentrer dans ce jeu, à ce moment-là », raconte-t-il.

Après avoir amassé près de 700.000€ de gains, sa priorité est maintenant ce projet « pédagogique » et « didactique » autour de son livre, comme il le dit à 20 Minutes. « Je ne me considère pas comme un porte-parole », dit-il d’abord avant de préciser qu’il a pour but d’« inspirer d’autres personnes porteuses du syndrome, leur donner envie d’aller de l’avant [et d’éclairer] des familles qui sont dans la difficulté pour aider leur enfant à mieux s’intégrer au monde ».

Dans le livre, il raconte évidemment son passage sur TF1 mais aussi son histoire familiale pas toujours tranquille avec de nombreux déménagements, sa solitude, sa sensibilité à fleur de peau (comme lorsque Jean-Luc Reichmann s’amuse avec une mouche avant de la tuer pendant un tournage, ce que Paul considère être un acte barbare), son expérience globale de la télévision… Il retient aussi de son aventure aux côtés de Jean-Luc Reichmann une opportunité qui lui a permis « d’ébranler sa philosophie du pessimisme ». Maintenant, il veut que son histoire aide à inspirer d’autres personnes concernées par les multiples et variés syndromes autistiques. « J'espère que mon livre touchera un maximum de gens et qu'il donnera de l'espoir aux familles », confie à RTL celui qui a aussi repris ses études d’histoire à Grenoble.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern