Le prince Harry rembourse les travaux de sa résidence britannique

Le prince Harry rembourse les travaux de sa résidence britannique
BelgaImage

Le prince Harry a remboursé à la couronne britannique la coûteuse rénovation, aux frais du contribuable, de sa résidence britannique à Windsor, a annoncé lundi son porte-parole, une semaine après la conclusion d’un accord avec Netflix.

Lors de l’annonce début janvier de leur mise en retrait de la famille royale, le duc de Sussex et son épouse Meghan avaient promis de rembourser les travaux de Frogmore Cottage, à Windsor, réalisés pour 2,4 millions de livres (2,7 millions d’euros). Harry, sixième dans l’ordre de succession au trône britannique, « a fait un don à la Couronne » qui « couvre entièrement les frais nécessaires à la rénovation du Frogmore Cottage », a annoncé son porte-parole.

Un contrat qui ne plait pas à tout le monde

Selon une source citée par l’agence de presse britannique PA, ce remboursement a été rendu possible grâce au nouveau contrat de plusieurs millions d’euros que le couple a signé avec le diffuseur Netflix. Installés en Californie, le prince de 35 ans et l’ex-actrice américaine de 39 ans avaient annoncé mercredi qu’ils allaient produire films de fiction, documentaires et séries pour la plateforme de vidéo à la demande, sans révéler le montant du contrat.

Les époux ont déjà plusieurs projets en chantier, avait indiqué Netflix, parmi lesquels une série documentaire sur la nature et une série animée consacrée à des femmes au destin remarquable. Des critiques leur ont reproché de chercher à tirer profit de leur célébrité et de leur noblesse tout en refusant d’assumer les aspects protocolaires et de représentation de la famille royale britannique. Le couple a lui mis en avant sa volonté d’œuvrer pour des causes humanitaires, notamment par le biais de sa nouvelle fondation, Archewell.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.