EnjoyPhoenix dénonce la pression subie par les femmes par rapport à la maternité

Belgaimage
Belgaimage

À 25 ans, la Youtubeuse EnjoyPhoenix avoue subir une certaine pression concernant la maternité. En effet, depuis plusieurs années déjà, on lui pose la question « A quand le bébé ?  ». Lassée de devoir constamment se justifier, elle a décidé de prendre la parole sur Instagram pour rappeler que la maternité est un choix et non un passage obligé pour les femmes, rapporte 7sur7.

« ‘À quand le bébé ?’ 3 ans que je reçois cette question sur les réseaux. Pourtant, il n’y a pas que là que ce questionnement revient. Au cœur même de ma famille, les anciennes générations se demandent pourquoi à 25 ans, je suis toujours sans enfants. Je sais que je ne suis pas la seule, et que beaucoup se reconnaîtront dans mes paroles  », débute la jeune femme.

Elle tente ensuite d’expliquer pourquoi cette question la dérange :

« - Tout le monde ne souhaite pas avoir des enfants. C’est un choix, pas une obligation.

– Tout le monde ne peut pas avoir d’enfants. Vous ne savez pas si la personne est en capacité physique de concevoir, peut-être même qu’elle essaye depuis des années en vain. La situation économique d’une personne est aussi un facteur déterminant.

– Ce n’est pas une finalité ni un but de vie pour tout le monde. « Mariage-maison-chien-bébé » une utopie pour beaucoup, mais demandez-vous pourquoi vous croyez que c’est la clé du bonheur. Pour ma part, c’est ce que la société veut nous faire croire. Mais le bonheur ne réside pas forcément dans ce schéma.

– Avec les réseaux, avoir un enfant est devenu un business. La pression qui est mise aux femmes d’enfanter vient aussi du fait que de plus en plus de personnes exploitent leurs grossesses et leurs enfants pour le buzz et les partenariats, par conséquent, ce sont des images que l’on voit au quotidien. Un enfant n’est pas un accessoire de mode ou une machine à fric.

– Avec qui ? Faut-il encore se sentir bien dans son couple (ou avec soi)  ».

EnjoyPhoenix ajoute que pour le moment elle a décidé de se concentrer sur sa vie et si elle choisit d’avoir un enfant, c’est parce qu’elle l’aura décidé et non pas pour rentrer dans le moule. « Une femme n’est pas une poulinière, elle a le droit de ne pas vouloir d’enfant. Une femme peut ne pas avoir d’instinct maternel, elle peut faire ce qu’elle veut avec son corps, sa carrière, ses envies, sa vie. Une femme n’est pas plus à sa place en étant mère  ».

« Écoutez vos envies avant d’écouter celles des autres, surtout quand il s’agit ou non de donner la vie, avec toutes les responsabilités que ça entraîne. Peut-être que je serais maman un jour, ou peut-être pas, seul l’avenir me le dira. Merci de respecter mon choix  », a-t-elle conclu. Depuis qu’elle a publié ce message, la jeune femme a reçu énormément de soutien et de femmes qui témoignent de cette pression liée à la maternité.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern