Perdue en mer, la belle histoire d’une planche de surf qui a dérivé sur plus de 8.000 kilomètres

À gauche, Doug Falter qui pose avec sa planche en 2015 à Hawaï. À droite, Giovanne Branzuela avec cette même planche, aux Philippines en 2020
!
À gauche, Doug Falter qui pose avec sa planche en 2015 à Hawaï. À droite, Giovanne Branzuela avec cette même planche, aux Philippines en 2020 ! - BelgaImage

Quand Doug Falter, un surfeur américain amateur de grosses vagues, est tombé de sa planche au large d’Hawaï (États-Unis), il n’imaginait pas qu’elle dériverait jusqu’aux Philippines, à plus de 8.000 km de là. Plus de deux ans après l’avoir vue disparaître au milieu des grosses vagues de Waimea Bay, un spot hawaïen de surf très réputé, Doug Falter l’a retrouvée via les réseaux sociaux.

Sa planche a dérivé jusqu’à l’île de Sarangani, située au sud de l’archipel philippin, soit à plus de 8.000 kilomètres d’Hawaï. Son nouveau propriétaire, Giovanne Branzuela, est un apprenti surfeur qui enseigne dans une école primaire locale. « Quand je l’ai vue en photo, je n’arrivais pas à y croire, je pensais que c’était une blague », a raconté via Zoom à l’AFP le surfeur américain de 35 ans.

« Je n’arrivais pas à y croire »

Il y a quelques mois, M. Branzuela a acheté cette planche à un voisin pour 2.000 pesos (35 euros). Elle avait été retrouvée, abîmée, par des pêcheurs philippins en août 2018, flottant au large, soit six mois après sa disparition. Le nom du fabricant à Hawaï de la planche, Lyle Carlson, était resté visible. Intrigué, l’enseignant philippin a fait des recherches sur Facebook et a envoyé au « shaper » (le fabricant de la planche) une photo du surf.

M. Carlson a alors partagé la photo sur Instagram, en mentionnant M. Falter. « C’était une planche de surf d’Hawaï. Je n’arrivais pas à y croire », a raconté par téléphone à l’AFP M. Branzuela, 38 ans. L’Américain envisage de se rendre sur la petite île philippine pour récupérer son bien dès que les mesures de restrictions de déplacement liées au coronavirus seront levées.

Boucler la boucle

« Cette planche représentait beaucoup pour moi à cause de tout ce que j’ai réussi à faire avec », souligne M. Falter, qui a débuté le surf il y a environ 15 ans en Floride (sud-est des États-Unis) avant de s’installer à Hawaï. C’est avec elle que ce photographe professionnel a notamment participé en 2016 à la compétition de surf Eddie Aikau, qui se déroule sur la plage de Waimea Bay. Ce jour-là, la houle dépassait 20 mètres.

M. Falter veut offrir à M. Branzuela une planche de surf pour débutants en échange de la sienne et profiter de son séjour pour lui donner des cours de surf. En attendant, il collecte des fonds pour l’école de M. Branzuela. « C’est pour moi une excuse afin de me rendre aux Philippines et de boucler l’histoire », a affirmé l’Américain. « Je pense que ce serait une belle fin de… lui apprendre à surfer ».

AFP

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • 1-22278647_10155990153115934_2035067948_n-1

    Opération Shoe-Box: du bonheur en boîte

    À travers cette initiative solidaire, l’association Les Samaritains appelle à la générosité des Belges pour gâter, à leur manière, les personnes sans abri ou défavorisées.

  • Son père l’abandonne à six ans. Audrey Hepburn en restera angoissée pour la vie, cherchant l’affection auprès d’autres hommes. Une blessure qui ne se refermera jamais.

    Audrey Hepburn: une vie d’épreuves

    Derrière l’image glamour, tout en élégance et en charme, l’actrice soignait ses blessures. Un documentaire britannique de la réalisatrice Helena Coan révèle la part de souffrances et d’échecs personnels de la star.

  • Belgaimage

    Les chercheurs de pharaons (12)

    Dans un livre passionnant qui vient d’être réédité, Michel Duino retrace notamment la découverte du tombeau de Ramsès II. Un roman vrai qui se lit comme un polar. Nous publions cette partie de l’ouvrage sous forme de feuilleton.