Après 24 ans d’absence, le retour des marionnettes irrévérencieuses de «Spitting Image» (vidéos)

Belgaimage
Belgaimage

Donald Trump, Mark Zuckerberg, ou encore le prince Harry et Meghan font également partie des 100 nouvelles personnalités immortalisées par une nouvelle marionnette en latex. « Spitting Image » (« Portrait craché »), l’équivalent britannique des « Guignols de l’info » français, avait été diffusé à la télévision britannique entre 1984 et 1996, attirant à son apogée 15 millions de téléspectateurs chaque soir.

Ses sketchs cinglants, et parfois émouvants, avaient rendu la vie politique accessible au grand public, servant aussi d’exutoire à la colère contre les réformes conservatrices de Margaret Thatcher et Ronald Reagan. C’est désormais « un bon moment  » pour faire revivre l’émission de ses cendres, a estimé son co-créateur Roger Law, pour qui l’effervescence sociale qui agite en ce moment le Royaume-Uni, notamment avec le Brexit, « n’est pas différente  » de celle des années 1980.

Mais l’époque, elle, a bien changé et certains commentateurs se demandent si cette première production originale de BritBox, le service de vidéo à la demande de la BBC et ITV, pourra survivre à la pression de l’indignation permanente des réseaux sociaux.

« Fantaisiste et absurde »

Écrite et diffusée de façon hebdomadaire pour coller à l’actualité, l’émission n’est pas tendre avec Donald Trump, montré dans le premier épisode en pleine négociations avec le coronavirus, avant de s’endormir pendant que son anus, extension de son corps, se déchaîne dans une série de tweets enragés. Boris Johnson n’est pas non plus épargné, dépeint en idiot contrôlé par son proche conseiller Dominic Cummings, ici chef suprême des extraterrestres. On peut aussi y voir le prince Harry chercher en vain un travail à Los Angeles, tandis que les dirigeants de Disney discutent de la création d’un « Yoda noir » en réponse aux revendications antiracistes.

La présence de la jeune militante écologiste Greta Thunberg, caricaturée en présentatrice météo, a cependant suscité une levée de bouclier. Certains internautes ont estimé que se moquer d’une si jeune personne, atteinte d’une forme légère d’autisme, n’était pas pertinent, bien que la principale intéressée ait elle-même « aimé » le tweet présentant sa marionnette.

« Je ne cherche pas à offenser réellement les gens  » avec cette série « un peu fantaisiste et absurde  », a déclaré lors de l’avant-première son auteur principal Jeff Westbrook, célèbre pour son travail dans « The Simpsons » et de « Futurama », qui espère qu’elle sera perçue comme « une satire plutôt qu’une (moquerie) cruelle  ». « Je ne trouve pas ce que nous faisons offensant  », a lui jugé Roger Law. « Je trouve certaines des personnes que nous attaquons beaucoup plus offensantes ».

« Titiller les corrompus »

Dans le show des années 1980, les politiciens occupaient déjà le devant de la scène, de la Première ministre britannique Margaret Thatcher -qui traitait ses ministres de légumes- au président américain Ronald Reagan, sans cerveau et dont le doigt traînait bien trop près du bouton nucléaire.

Le programme avait permis à des politiciens moins expérimentés de se faire connaître du grand public, même si leurs marionnettes ont parfois laissé une image plus impérissable qu’eux-mêmes : l’ancien Premier ministre John Major restera ainsi pour beaucoup de Britanniques cette figure grise qui aimait les petits pois.

Le show présentait aussi d’autres types de célébrités, du footballeur Paul Gascoigne, montré sans cesse en pleurs, à la famille royale britannique, avec une Reine mère un peu portée sur le gin. Le tout avec un humour s’inscrivant dans une longue histoire de la satire politique, a estimé auprès de l’AFP Lucy Delap, maître de conférences en histoire à l’université de Cambridge. Interrogée pour savoir si le show rencontrera en 2020 le succès escompté, elle a jugé : « Spitting Image était nécessaire pour titiller les pompeux, les bigots et les corrompus, et ce besoin est tout aussi pressant aujourd’hui ».

 
  • Serge Lama tire sa révérence: «Je suis usé»

    Belgaimage

    Exclusif : le chanteur « sent » le poids de ses 55 ans de carrière. Il a dû reporter une tournée d’adieu en province à cause du Covid. Sa jambe le fait souffrir. Mais l’amour (de la chanson) reste la grande affaire de sa vie. De notre envoyé spécial à Paris !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern