Travail titanesque pour les équipes d’Élizabeth II : 40 heures pour régler 1.100 horloges

Travail titanesque pour les équipes d’Élizabeth II : 40 heures pour régler 1.100 horloges
BelgaImage

Ce dimanche, l’Europe a changé d’heure et pour une bonne partie d’entre nous, cela s’est fait presque sans s’en rendre compte. Au réveil, le smartphone se met à jour et la journée peut commencer comme d’habitude. Mais pour les horlogers d’Élisabeth II, ce dimanche n’a rien de normal. Leur mission : changer l’heure de toutes les pendules des palais de la reine. Un véritable marathon commence alors, dans tous les sens du terme.

Des kilomètres et des kilomètres à parcourir

Le château le plus riche en horloges est celui de Buckingham. Là-bas, une personne est chargée de régler pas moins de 600 appareils, parfois âgés d’environ trois siècles. À côté de cela, la tâche au palais de Holyrood, à Édimbourg, paraît bien facile, avec seulement 50 horloges. À Windsor, il y en a 450.

C’est dans ce dernier lieu que la BBC a rencontré le Néerlandais Fjodor van den Broek, le nouvel horloger-conservateur. S’il a moins à faire que pour son collègue de Buckingham, il va quand même prendre 16 heures pour tout changer. Ce week-end, il va parcourir plus de 12 kilomètres à pied à travers les somptueuses pièces du château. De quoi connaître les lieux comme sa poche ! En additionnant le temps de travail des différents serviteurs de la reine, il va falloir plus de 40 heures pour terminer cette besogne.

Et pour mettre un peu de piment dans leur journée, les horlogers vont devoir faire attention à ce que certaines horloges soient… à la mauvaise heure ! « Les gens sont toujours impressionnés qu’au château de Windsor et à Buckingham Palace il y a un petit fuseau horaire dans les cuisines. Les horloges sont toujours cinq minutes en avance, afin que la nourriture arrive à l’heure. C’est un pense-bête permanent que c’est important », explique Fjodor van den Broek à la BBC.

Une fois tout ça terminé, les horlogers pourront retourner à leur travail normal, à savoir vérifier que tout fonctionne toujours bien et restaurer les vieilles pendules. Le prochain grand chamboulement est prévu pour le 28 mars prochain.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Le nombre de permis de bâtir octroyés en Belgique pour de nouvelles constructions unifamiliales diminue progressivement. La tendance qui monte: l’habitat groupé.

    Batibouw, un vrai salon… virtuel

    Du 27 février au 7 mars, la foire du bâtiment se tient sur internet. Un vrai salon, avec des contacts avec les exposants, mais en ligne. Un thème à retenir: les logements modulables.

  • Les activités de prostitution sont interdites depuis octobre. Vont-elles reprendre le 1er mars?

    Prostituées, les oubliées du confinement

    La crise pousse des femmes à exercer leur métier dans la plus grande clandestinité. La commune de Schaerbeek demande des décisions claires au Comité de concertation.

  • La princesse Delphine s’est pliée de bonne grâce au jeu des photos témoins. Elle prend la pose ici devant le tombeau du roi Léopold Ier.

    Monarchie: Delphine dans la crypte royale

    Le 17 février, le Roi a invité sa demi-sœur à se recueillir devant les défunts de la Famille royale en l’église Notre-Dame de Laeken.