«Il faudrait un bouton ‘passer l’intro’»: les internautes français agacés devant le discours d’Emmanuel Macron

«Il faudrait un bouton ‘passer l’intro’»: les internautes français agacés devant le discours d’Emmanuel Macron
Capture d’écran

L’évolution de la pandémie de coronavirus en Europe inquiète les chefs d’État. Comme dans d’autres pays européens, notamment chez nous, de nouvelles règles pour lutter contre le Covid-19 ont été décrétées en France. Emmanuel Macron a donc annoncé à sa population qu’elle serait à nouveau confinée, dès ce jeudi soir. Une décision qu’il a expliquée lors d’une allocution diffusée mercredi soir à la télévision française. Mais avant d’en venir au reconfinement, ce à quoi s’attendaient les Français, le Président a pour ainsi dire tourné autour du pot pendant de longues minutes, détaillant la situation dans laquelle son pays se trouve, mais surtout toutes les stratégies que la France n’appliquera pas.

L’attente devenait insoutenable pour les Français, qui étaient quasi certains de devoir se reconfiner, mais attendaient tout de même une annonce claire d’Emmanuel Macron. Sur Twitter, les impatients ont fait savoir qu’ils en avaient légèrement marre d’écouter « du bla-bla ». « Allez, dis-le », « Abrège Manu », « Raconte pas ta vie », se sont emballé les internautes, regrettant qu’il n’y ait pas « un bouton ‘ignorer l’introduction’ ». « Je sais bien que les préliminaires sont importants mais là c’est un peu longuet », a ironisé quelqu’un, après qu’une autre a écrit ceci : « On dirait moi quand j’essayais de larguer un mec et qu’à la fin il pensait qu’on allait se marier ». « Manu, on n’est pas en dissert’ de philo, tu n’as pas besoin de faire 22 pages, dis si on est confiné, soit simple, précis, efficace », pouvait-on encore lire sur le réseau social.

Après 11 minutes de discours, Emmanuel Macron a finalement prononcé le mot « confinement », comme les Français s’y attendaient. Comme en mars, les commerces non essentiels fermeront, comme les bars et les restaurants, mais les écoles, collèges et crèches resteront ouvertes.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.