Un message dans un bus de la Stib s’attaque aux jeunes: «Quand vous serez à l’enterrement de vos grands-parents, évitez de pleurer»

Un message dans un bus de la Stib s’attaque aux jeunes: «Quand vous serez à l’enterrement de vos grands-parents, évitez de pleurer»
BelgaImage

Cette semaine, les Bruxellois qui faisaient le trajet entre le Quartier Nord à Anderlecht ont été interpellés par une affiche au ton pour le moins inhabituel. Placardée dans un bus de la Stib, et plus précisément de la ligne 46, elle fait directement référence à la deuxième vague de coronavirus, en s’adressant brutalement aux jeunes. Un message qui a eu le don de se faire remarquer puisque l’affaire est remontée jusqu’à l’administration de la Stib.

La Stib hors de cause

Sur cette affiche, l’auteur n’hésite pas à se montrer violent envers le public cible. « Information aux jeunes. Continuez votre inconscience et de ne pas respecter les consignes. Quand vous serez à l’enterrement de vos grands-parents, évitez de pleurer, ça ferait tache. Ce sera malheureusement trop tard ».

Rapidement, un passager, choqué, rapporte le fait à la chaîne BX1 qui a pris l’initiative de contacter la porte-parole de la Stib, Cindy Arents, pour avoir des explications. Evidemment, il ne s’agit pas d’une campagne officielle de la Stib mais d’un fait isolé. « Le dispatching a prévenu les conducteurs de la ligne en question de vérifier ces affiches. Elles seront enlevées lors du nettoyage au dépôt, comme toutes les affiches, et autocollants », soutient Cindy Arents.

A noter que si les 18-24 sont reconnus pour leur rôle dans la propagation de l’épidémie, les rendre seuls responsables de l’épidémie est caricatural. C’est ce qu’affirme l’enquête CoviPrev réalisé par l’Institut national de Santé publique en France. Les 25-34 ans sont eux aussi particulièrement pointés du doigt. Sans faire de généralisation, l’étude montre aussi qu’il y a des tendances à ne pas respecter les règles sanitaires parmi les personnes avec un faible niveau d’éducation, les hommes pris dans leur globalité et ceux qui ont moins de risque de développer une forme grave du Covid-19.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern