Maisons de l’horreur : le sang, puis l’immobilier en suspens

Les sinistres repaires de Marc Dutroux sont dans un triste état, mais toujours debout.
Les sinistres repaires de Marc Dutroux sont dans un triste état, mais toujours debout. - R. Jamin

Des fleurs sans âge décorent une grille de chantier et rappellent que la maison en ruines qui se cache derrière n’est pas qu’un amas de briques et de gravats. La nature a repris ses droits par endroits. Le silence de la place du village accolée à la propriété renforce la tristesse des lieux. Les souvenirs douloureux continuent de hanter Sars-la-Buissière, quand le duo de bouquets fanés fait office de pâle hommage aux victimes de Marc Dutroux. Près de 25 ans après la découverte des corps de Julie et Mélissa enterrés dans le jardin, la maison hennuyère tient toujours debout. Un cadenas...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète
Signé duBus
Signé Stéphane Bern