Une fresque géante dans la rue Neuve pour dénoncer les grandes enseignes de mode (vidéo)

Une fresque géante dans la rue Neuve pour dénoncer les grandes enseignes de mode (vidéo)
achACT

Une chose est sûre : personne ne peut manquer de voir cette œuvre. Ce mercredi 18 novembre, des artistes de street art ont réalisé une immense fresque sur le sol de la rue Neuve, à Bruxelles. Dessus, on peut lire « Pay your Workers » (« payer vos travailleurs »). Si ce message se trouve là, ce n’est pas par hasard puisqu’il est adressé directement aux enseignes de mode qui sont installées à proximité.

H&M, Primark et Nike dans le viseur

L’initiative est le fruit d’une collaboration entre trois associations : le collectif de street art pARTerre, et les associations achACT (Actions Consommateurs Travailleurs) et Schone Kleren Campagne. Comme le laisse entendre le nom de ce dernier, cette action s’inscrit dans le cadre plus large de la « Clean Clothes Campaign » qui milite pour l’amélioration des conditions de travail dans l’industrie du vêtement, notamment vis-à-vis des salaires. Un enjeu qui est encore plus prégnant dans le contexte de crise sanitaire. Ces associations dénoncent ainsi des licenciements massifs, des vols de salaires ou encore une répression syndicale dans le secteur.

« On a estimé entre 2,7 milliards et 4,9 milliards d'euros de salaires impayés entre mars et mai 2020. Déjà touchés par des conditions de travail déplorables hors Covid-19, la catastrophe s’abat de plein fouet et plonge des millions de personnes dans l’extrême pauvreté. Les bonnes années, les bénéfices de ces entreprises ne sont pas partagés, aujourd’hui, le poids de la crise lui est bien partagé avec les travailleurs. Ce n'est pas juste ! », explique Sara Ceustermans de la Schone Kleren Campagne (SKC) dans un communiqué.

Si c’est tout le secteur qui est visé, l’action interpelle plus certaines enseignes que d’autres, comme H&M, Primark et Nike, toutes trois présentes à la Rue Neuve. La raison : selon cette campagne, ces chaînes de magasins seraient moins touchées par la crise. « Notre réseau international, la Clean Clothes Campaign, a relevé de nombreuses violations des droits dans leurs filières d’approvisionnement. Ces entreprises doivent s’engager dès maintenant vis-à-vis des travailleuses et travailleurs qui produisent leurs marchandises, si elles le font, d’autres en feront sûrement autant », précise Sanna Abdessalem d’achACT. L’action a déjà recueilli le soutien de représentants des syndicats CNE et SETCa.

Ce n’est pas la première opération de ces associations contre le secteur. Déjà en juillet dernier, elles avaient mis en ligne un outil dénommé « Fashion Checker » pour savoir si les marques de vêtements payaient ou pas un salaire vital à leurs employés, c’est-à-dire le nécessaire pour subvenir aux besoins fondamentaux.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern