En Indonésie, les autorités font détruire des centaines de sextoys alors que la demande ne cesse de progresser

BelgaImage
BelgaImage

Depuis 2015, les autorités indonésiennes luttent fermement pour que les sextoys ne s’imposent pas sur le marché local. Ces jouets sexuels sont illégaux dans ce pays très conservateur où ils sont considérés comme des objets portant atteinte à la morale publique. Avec le confinement imposé par le coronavirus, l’Indonésie a fait face à une nouvelle vague : un nombre croissant de ses citoyens a décidé d’en acheter sur internet et de se les faire livrer, comme l’épingle Slate.

Il n’est pas rare que la douane intercepte des colis suspects et les détruise s’ils contiennent un ou plusieurs sextoys. Ce vendredi 27 novembre, ce n’est pas moins de 442 jouets sexuels qui ont été brûlés à Bandung, la capitale de la province de Java occidentale. Les Indonésiens ne sont bien sûr pas les seuls à craquer pour ces objets qui permettent d’atteindre le plaisir : les entreprises chinoises spécialisées – à l’échelle planétaire, 70 % des sextoys sont produits en Chine – ont noté une explosion de la demande. Pendant la première moitié de 2020, une hausse de 50 % a ainsi pu être constatée, comme le note Vice.

La principale difficulté des douaniers réside dans le fait que les sextoys sont généralement commandés de façon individuelle et non en gros, ce qui rend le contrôle aux frontières très difficile à mener. « Les sextoys sont principalement commandés dans le but d’une consommation privée. Il n’y a généralement qu’un ou deux articles dans chaque colis », explique un douanier interviewé par nos confrères. Et si le confinement se prolonge en Indonésie, la demande ne pourrait faire qu’augmenter. L’interdiction semblant dès lors passer au second plan.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern