En Indonésie, les autorités font détruire des centaines de sextoys alors que la demande ne cesse de progresser

BelgaImage
BelgaImage

Depuis 2015, les autorités indonésiennes luttent fermement pour que les sextoys ne s’imposent pas sur le marché local. Ces jouets sexuels sont illégaux dans ce pays très conservateur où ils sont considérés comme des objets portant atteinte à la morale publique. Avec le confinement imposé par le coronavirus, l’Indonésie a fait face à une nouvelle vague : un nombre croissant de ses citoyens a décidé d’en acheter sur internet et de se les faire livrer, comme l’épingle Slate.

Il n’est pas rare que la douane intercepte des colis suspects et les détruise s’ils contiennent un ou plusieurs sextoys. Ce vendredi 27 novembre, ce n’est pas moins de 442 jouets sexuels qui ont été brûlés à Bandung, la capitale de la province de Java occidentale. Les Indonésiens ne sont bien sûr pas les seuls à craquer pour ces objets qui permettent d’atteindre le plaisir : les entreprises chinoises spécialisées – à l’échelle planétaire, 70 % des sextoys sont produits en Chine – ont noté une explosion de la demande. Pendant la première moitié de 2020, une hausse de 50 % a ainsi pu être constatée, comme le note Vice.

La principale difficulté des douaniers réside dans le fait que les sextoys sont généralement commandés de façon individuelle et non en gros, ce qui rend le contrôle aux frontières très difficile à mener. « Les sextoys sont principalement commandés dans le but d’une consommation privée. Il n’y a généralement qu’un ou deux articles dans chaque colis », explique un douanier interviewé par nos confrères. Et si le confinement se prolonge en Indonésie, la demande ne pourrait faire qu’augmenter. L’interdiction semblant dès lors passer au second plan.

 
  • Les supporters de Trump n’en reviennent pas : ils sont dans le Capitole et ont stoppé la réunion des parlementaires.

    Le jour de honte des États-Unis

    Le dernier baroud de déshonneur du président Trump : envoyer ses partisans envahir le Congrès. La démocratie américaine a résisté.

  • Le charismatique fondateur d’Alibaba s’est «volatilisé».

    L’énigme Jack Ma: disgrâce d’un milliardaire chinois

    Le fondateur de l’empire Alibaba a disparu depuis octobre 2020. Une « volatilisation » inquiétante qui rappelle le sort d’autres hommes d’affaires réduits au silence par le pouvoir communiste. Mais où est donc passé Jack Ma ?

  • Une étude française récente montre que les chats domestiques s’attaquent à 200 espèces animales différentes.

    Mon chat, ce serial killer

    Super-prédateurs des jardins, nos matous ont un impact réel sur la biodiversité qui nous entoure. Ils tuent des milliers d’oiseaux ou de petits mammifères. Conseils.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Maltraitance des seniors: l’enquête choc sur les homes

    RTBF

    La RTBF plonge dans les coulisses des homes et en dévoile les travers : finances opaques d’un côté, maltraitance envers les personnes âgées de l’autre. Mais pour que la vie de nos aînés ne bascule pas dans la détresse, des moyens de prévention existent. À découvrir le mercredi 20 janvier à 20h20 sur La Une.