Babeth Hallyday, l’épouse et l’amie oubliée

Si leur mariage, en 1982, n’aura duré que six mois, le couple a vécu une belle histoire d’amour, longue de trois années. Et c’est ça qu’Élisabeth Étienne, 63 ans aujourd’hui, veut garder en mémoire.
Si leur mariage, en 1982, n’aura duré que six mois, le couple a vécu une belle histoire d’amour, longue de trois années. Et c’est ça qu’Élisabeth Étienne, 63 ans aujourd’hui, veut garder en mémoire. - Éditeur.

Dans une autre vie, Élisabeth Étienne a été Babeth Hallyday. Un mariage qui date de 1982 et qui n’aura duré que six mois. Mais aussi une belle histoire d’amour qui les aura occupés l’un et l’autre près de trois années durant. Avant que le chanteur ne délaisse brutalement la jeune femme de 25 ans pour partir filer le parfait amour avec Nathalie Baye et, bientôt, accueillir sa fille Laura. Pas conviée à l’enterrement de la star, la désormais sexagénaire avait pourtant gardé d’excellents rapports avec celui qu’elle considérait comme son « âme sœur ». Elle raconte comment...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?