Adieux: John le Carré, le maître du double jeu

BelgaImage
BelgaImage

Il disait, « Je suis juste un écrivain qui fut, brièvement, espion. » John le Carré était trop modeste s’agissant de son œuvre, forte d’une vingtaine de livres, quasiment tous marquants, écrits à l’encre du Secret Service. Le célèbre auteur de « L’espion qui venait du froid » est mort samedi 12 décembre en Cornouailles des suites d’une pneumonie. Ancien diplomate, espion un court moment (le temps d’y puiser son inspiration), le Carré a marqué les esprits en brossant le tableau lugubre et fascinant de la guerre froide. Ses romans sont truffés d’oreilles ennemies...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète
Signé duBus
Signé Stéphane Bern