Les déboires de Christophe Dechavanne: l’animateur prend une décision radicale pour son avenir à la télévision

BelgaImage
BelgaImage

Christophe Dechavanne a connu de belles heures à la télévision. Des moments de gloire même avec des succès d’audience : « Ciel, mon mardi », « Coucou, c’est nous ! » ou « La Ferme Célébrités ». Sur TF1, il n’est plus apparu à l’antenne depuis l’été 2019 et les émissions « Je suis une célébrité, sortez-moi de là », comme l’épingle Le Figaro. Résultat, l’animateur français ronge son frein, comme il le disait déjà au Soir mag en octobre dernier.

>Christophe Dechavanne en veut encore : « J’ai des programmes à proposer »

Sur Europe 1, l’homme de télé de 62 ans a confirmé que le fait d’avoir sa propre émission lui manquait. S’il a pris avec succès la casquette de producteur, il n’entend donc pas pour autant abandonné ses premières amours : « L’expérience ne nuit pas dans mon métier et je suis encore en pleine forme ». Et Christophe Dechavanne pose un ultimatum conséquence : « Je me donne encore trois ans pour me battre et ne pas baisser les bras. Je vais continuer à être une force de proposition. Si d’ici trois ans, je ne suis pas revenu à l’antenne, je dirai ça va, fuck ».

« J’ai un peu évolué »

Reste à comprendre pour Christophe Dechavanne n’obtient plus aucune plage à l’antenne de TF1. L’animateur a sa petite explication, qu’il a livrée à Pascale Clark : « Mais je rencontre encore plein de gens qui me trouvent formidable. Si j’étais diffuseur, je me prendrais. Peut-être que je paye aussi le fait de ne pas avoir été toujours facile à gérer pendant 25 ans. J’ai un caractère qui est ce qu’il est, je suis bienveillant mais aussi très exigeant dans mon travail. Et il y a des métiers où, quand tu es exigeant, tu peux passer pour un casse-couilles. La société étant de plus en plus compliquée, les gens veulent des choses de plus en plus lisses, fluides, sans aspérités, sans ennui… Un producteur autre que moi pourra être amené à penser que travailler avec Dechavanne, c’est compliqué ».

>Christophe Dechavanne répond sèchement à Nicolas Bedos : « La précaution n’est pas la terreur »

L’animateur a aussi expliqué quel type d’ambiance il aimerait trouver dans cette future et hypothétique émission. Il espère un programme « d’accueil » avec de la bonne humeur et des artistes. Mais aussi des inconnus qui souhaiteraient prendre la parole. Il note aussi son évolution au fil des ans : « Il faut juste que les gens comprennent que j’ai un peu évolué, je n’ai plus 50 ans, je n’ai plus un pétard à mèche dans les fesses comme avant mais je suis très dynamique. Je vois les choses avec calme et sérénité, ma vie privée est top. Si j’étais sur scène pour partager mon plaisir avec les gens qui me regardent, ce serait un kiff énorme parce que ça me manque. Peut-être que je parlais un peu trop. Aujourd’hui, la bienveillance, la sincérité et l’humour seraient les maîtres mots pour travailler à la télé ». Pour Christophe Dechavanne, il faut désormais espérer qu’un diffuseur soit sensible à son discours.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern